Guide pour l’astronome débutant

et miniatlas du ciel normand débutant

Ce document est pour le débutant en astronomie (pas forcément normand on vous rassure) qui souhaite bien commencer la pratique de l’astronomie. Après quelques conseils et recommandations notamment sur le choix de son instrument, de ses accessoires, sur comment préparer ses soirées et plus généralement comment bien débuter, ce document fournit un mini-atlas du ciel. Sur les cinq cartes proposées un petit nombre d’objets du ciel profond, incontournables et (relativement) faciles à pointer manuellement sont proposés. Chaque carte est accompagnée d’un descriptif.

Les objets proposés sont accessibles même à de petits instruments. Certains le sont même avec de simples jumelles. Le but est que vous parveniez sans aide à pointer les objets proposés et que votre instrument ne vous serve pas qu’à observer la Lune.

Guide pour l’astronome débutant (pdf)

Pour aller plus loin vous pourrez consulter le Mini-atlas du ciel normand.

Mini atlas du ciel normand (v2)

et pointage manuel d’objets célestes

carte 01a - Orion_c3Voici la v2 du mini atlas du ciel normand.

Beaucoup d’objets peuvent être trouvés assez facilement à l’aide d’une carte et il est assez gratifiant d’y parvenir.

Pour vous y aider, voici un mini atlas que j’ai réalisé pour l’astroclub. Ce document comporte 14 cartes à emmener sur le terrain, conçues pour rester lisibles sous une lampe rouge. Elles montrent les objets les plus accessibles, en figurant pour certains des alignements pour faciliter le pointage.

Un descriptif des objets les plus remarquables, classés par niveau de difficulté, accompagne chaque carte. Parmi ces objets incontournables, certains sont observables avec de simples jumelles. Pour les autres un télescope ou lunette, muni d’un pointeur rouge bien réglé, sera nécessaire. Le diamètre minimal pour observer l’objet dans de bonnes conditions est précisé.

Par rapport à la première version (toujours disponible ici):

  • plus de cartes (9 à 14) pour mieux couvrir le ciel;
  • un peu plus d’objets du ciel profond apparaissent;
  • l’écliptique est dessinée;
  • un tableau sur deux pages indique la visibilité des constellations mois par mois;
  • un glossaire en fin de document recense les objets présents sur les cartes et indique la magnitude et taille apparente.

Mini atlas du ciel normand (v2) (pdf)

Mini atlas du Ciel normand

Guide d’observation – pointage manuel d’objets célestes

carte 01a - Orion_c3Beaucoup d’objets peuvent être trouvés assez facilement à l’aide d’une carte et il est assez gratifiant d’y parvenir.

Pour vous y aider, voici un guide d’observation/mini atlas que j’ai rédigé pour l’astroclub. Ce document comporte 9 cartes à emmener sur le terrain, conçues pour rester lisibles sous une lampe rouge. Elles montrent les objets les plus accessibles, en figurant pour certains des alignements pour faciliter le pointage.

Un descriptif des objets les plus remarquables, classés par niveau de difficulté, accompagne chaque carte. Parmi ces objets incontournables, certains sont observables avec de simples jumelles. Pour les autres un télescope ou lunette, muni d’un pointeur rouge bien réglé, sera nécessaire. Le diamètre minimal pour observer l’objet dans de bonnes conditions est précisé.

PointageManuel_guideCartes.pdf

 

Cahier de la Girafe 7 – Préparer ses soirées d’observation

Que va-t-on observer ce soir ? A l’œil nu, avec des jumelles ou avec un télescope ?
Préparer ses soirées d’observations permet de découvrir de nouveaux objets et de changer de ceux habituellement observés, et ainsi de prolonger ses soirées d’observations, à condition bien sur de s’être correctement habillé pour affronter les températures en fonction des saisons, et d’avoir bien préparé son matériel.

Ce nouveau numéro des Cahiers de la GIRAFE a pour but d’aider les amateurs à préparer leurs soirées d’observations avec méthode selon le mois et le matériel utilisé, pour notre latitude et en soirée, le moment préféré des observateurs. Pour les observations dans le ciel du matin, il suffit d’échanger les tableaux de l’été avec ceux de l’hiver, les tableaux du printemps avec ceux de l’automne, et vice et versa. Pour l’observation à partir du début de la seconde partie de nuit, il suffit alors d’avancer chaque tableau d’une saison. Après il n’y a plus qu’à sélectionner les objets remarquables en fonction du matériel utilisé, puissance de l’optique et du mode de pointage.

Bons préparatifs pour de belles observations.

Pascal GASTIN

Cahier n°7 – Préparer ses soirées d’observation

M81 / M82 – galaxies

Découverte par Johann Elert BODE en 1774, ce duo de galaxies est situé dans la constellation de la Grande Ourse et il est situé à 11 millions d’années lumières du système solaire, ce qui en fait des galaxies les plus proche de la notre.
M 81 est une galaxie spirale barrée de petit diamètre avec seulement 60 000 AL qui se présente de 3⁄4 face, sa magnitude est de 6.9 pour un diamètre apparent de 26.9’ X 14.1’ (minutes d’arc). M 82 aussi appelée galaxie du Cigare est une galaxie du type irrégulière, vue pratiquement de profil. Son noyau semble avoir été déformé par la présence de M81 dans son proche voisinage et il présente des raies sombres. Quand à sa magnitude, elle est de 8.4 pour un diamètre apparent de 9’ X 4’ (minutes d’arc). Enfin elle est située à 45’ au nord de M 81.
Lire la suite

M57 – nébuleuse de la Lyre

La Nébuleuse de la Lyre ou la Nébuleuse de l’anneau M 57 découverte par DARQUIER en 1779 est aussi un grand classique du catalogue MESSIER. C’est une nébuleuse annulaire qui comme son nom l’indique a la forme d’un anneau dont le diamètre réel est de 1,3 années lumière. C’est en réalité les restes d’une étoile en fin de vie qui a explosé, dont une partie s’est transformée en anneau composé d’oxygène et d’azote ionisés, et l’autre partie s’est concentrée en une naine blanche très chaude qui est située au centre de l’anneau.
Lire la suite

M51 – galaxie du tourbillon

Ce couple galactique est composé d’une galaxie spirale massive qui a été découverte par Charles Messier en 1773, et
d’une seconde galaxie plus petite et irrégulière découverte par Pierre Méchain en 1781. En 1845 Lord Rosse à l’aide
de son télescope géant de 1.82 m d’ouverture situé en Irlande, découvrit la structure spirale de la galaxie principale, dont les bras spiraux lui a valu le nom de « Galaxie du tourbillon » ou « Whirpool » en anglais. Il en fut aussi le premier à la dessiner telle que nous pouvons l’observer avec nos instruments d’amateurs.
Lire la suite

M45 – amas des pleïades

Cet amas ouvert est connu depuis la plus haute antiquité, les hommes du néolithique lui accordaient une extrême importance puisque sa réapparition dans le ciel du matin marquait le début des moissons dans l’hémisphère nord de la Terre. Son nom provient de la mythologie grecque puisque les Pléiades sont sept sœurs nommées Astérope, Mérope, Electre, Maïa, Taygène, Célanéo et Alcyone, et elles sont les filles d’Atlas et de Pléioné. Environ 500 étoiles le composent, dont onze sont visibles à l’œil nu, et il s’étend sur 2° soit 4 fois la pleine Lune. Agé de 100 millions d’années, les étoiles qui le composent devraient se séparer dans 250 millions d’années. Les plus brillantes sont entourées d’une nébulosité que les astronomes croyaient être leur berceau, mais il s’agit en fait d’un simple nuage de gaz et de poussières que l’amas croise dans sa rapide progression.

Lire la suite

M44 – amas de la crèche

Cet amas ouvert est connu depuis la plus haute antiquité, il est appelé amas de la crèche ou de la ruche. Plusieurs légendes lui sont associées, ainsi les romains et les grecs imaginaient une crèche ou se nourrissaient deux ânes. L’astronome Grec ARATOS le mentionne comme une petite nuée, et Galilée observa qu’il était composé de plusieurs
étoiles, et c’est en 1612 que Simon Marius le classa parmi les amas ouvert puis il fut classé sous le numéro 44 du célèbre catalogue Messier.

Environ 2300 étoiles le composent et selon les dernières mesures effectuées par le satellite Hypparcos, il serait distant de 577 années lumière de la Terre. Son age et son mouvement correspondent à celui de l’amas de Hyades dans la constellation du Taureau, ce qui indiquerait une origine commune de ses deux amas ouvert qui se seraient séparés.
Lire la suite

M42 (et M43) – Grande nébuleuse d’Orion

La Grande Nébuleuse d’Orion fut découverte en 1610 par Nicolas-Claude Fabri De Peirsec qui remarqua le premier son aspect nébuleux alors qu’elle avait été identifiée auparavant par Ptolémée, Tycho Brahe et Johann Bayer comme une grosse étoile au contour mal défini. Située au cœur de la constellation d’Orion, c’est une nébuleuse à émission réflexion de couleur verte qui est la partie principale d’un nuage de gaz et de poussière appelé le « nuage d’Orion qui s’étend sur plus de la moitié de la constellation, et dont font aussi parti entre autres M 43, M 78 et la célèbre nébuleuse de la tête de cheval. Elle s’étend sur 33 années lumières, elle contient aussi un amas ouvert de très jeunes étoiles appelées « amas du trapèze », et elle est située à 1500 ALde la Terre.
Lire la suite