Guide pour l’astronome débutant

et miniatlas du ciel normand débutant

Ce document est pour le débutant en astronomie (pas forcément normand on vous rassure) qui souhaite bien commencer la pratique de l’astronomie. Après quelques conseils et recommandations notamment sur le choix de son instrument, de ses accessoires, sur comment préparer ses soirées et plus généralement comment bien débuter, ce document fournit un mini-atlas du ciel. Sur les cinq cartes proposées un petit nombre d’objets du ciel profond, incontournables et (relativement) faciles à pointer manuellement sont proposés. Chaque carte est accompagnée d’un descriptif.

Les objets proposés sont accessibles même à de petits instruments. Certains le sont même avec de simples jumelles. Le but est que vous parveniez sans aide à pointer les objets proposés et que votre instrument ne vous serve pas qu’à observer la Lune.

Guide pour l’astronome débutant (pdf)

Pour aller plus loin vous pourrez consulter le Mini-atlas du ciel normand.

Télescope 114/900 sur monture EQ1 : Le piège à éviter.

A l’Astroclub de la GIRAFE, nous sommes souvent sollicité par des astronomes amateurs débutants pour les aider à régler et à utiliser leur premier instrument d’observation. Mission que nous prenons volontiers en charge auprès de nos adhérents, mais aussi auprès d’autres personnes non affiliées à notre association. Nous ne comptons pas notre temps de bénévolat pour leur permettre de faire leurs premières observations instrumentales. Malheureusement trop souvent, le télescope acquis, un Newton 114/900 sur monture équatoriale EQ1, est inutilisable ou presque sur le ciel étoilé, même par des amateurs expérimentés. Nous ne connaissons que trop bien cet instrument, même parfaitement réglé et équilibré : Il vibre et bouge en permanence à cause de la monture EQ1 qui est largement sous dimensionnée par rapport au tube optique. Ajoutons à cela qu’une monture équatoriale sur un instrument d’initiation comme celui-ci n’a aucun intérêt et rend bien plus complexe l’usage du télescope pour un débutant.

De ce fait, nous ne pouvons pas donner de suite favorable aux demandes de ces amateurs, car ce télescope ne leur donnera jamais satisfaction. Et cela ne nous fait vraiment pas plaisir de leur annoncer qu’ils ont fait une très mauvaise acquisition. Malheureusement, le retour d’expérience montre qu’ils abandonnent rapidement l’astronomie, déçu de leur achat pourtant réalisé auprès d’un revendeur réputé en matériels astronomiques. Alors nous leur conseillons au choix de bricoler une monture azimutale en bois type Dobson pour leur tube optique, pour les non-bricoleurs d’investir dans l’excellente monture AZ4 ce qui alourdi considérablement le prix de l’instrument, ou bien de revendre leur télescope et d’acquérir un télescope réellement utilisable comme un Dobson de table type 100/400, 114/500 ou 130/650 et de récupérer ou de bricoler un trépied.

A l’avenir nous souhaiterions ne plus avoir ce type de demande pour ce télescope et surtout qu’il ne soit plus commercialisé par des revendeurs de matériels astro réputés. Dorénavant, nous conseillerons aux futurs malheureux propriétaires de 114/900 EQ1 de recontacter le revendeur qui leur a vendu ce télescope inexploitable pour un remboursement ou pour un échange contre un instrument utilisable sur la voûte céleste.

A la GIRAFE, nous avons remplacé la monture EQ2 par une monture azimutale en bois type Dobson avec un court trépied pour supporter notre tube 114/900 pour le plus grand bonheur de nos adhérents débutants qui peuvent l’emprunter pour leurs premières observations astronomiques. Les petits Dobson de table sont d’excellents télescopes d’initiation à prix très abordable. Ils sont même utilisables par des enfants, donc aussi adaptés aux adultes. Il serait donc judicieux qu’un trépied réglable en hauteur, surmonté d’une tablette en bois pour supporter ses petits télescopes soit commercialisé en accessoire.  A la GIRAFE nous plébiscitons l’excellente monture AZ4 que de nombreux adhérents ont acquis. Régulièrement lors de nos soirées d’observations, nous mettons à dispositions des observateurs présents un tube 114/500 parabolique sur monture AZ4, pointeur point rouge, oculaires type SUPER et un mini atlas du ciel, cet instrument est alors très apprécié des débutants mais aussi des initiés qui voient un bon instrument pour des simples observations ou comme instrument de voyage. De plus grâce à sa simplicité de fabrication et à volume de production identique, le coût de revient donc de vente de l’AZ4 ne doit pas être beaucoup plus élevé que la monture EQ1. Il serait donc judicieux que les revendeurs astro proposent comme instrument d’initiation un 114/900 sur AZ4 même si le prix de vente de l’ensemble est légèrement plus élevé. Ce télescope est vraiment utilisable et pourrait donner l’envie à de nouveaux venus à l’astronomie de progresser et même de renouveler ultérieurement leur matériel pour de plus belles observations avec du matériel plus puisant…

La pratique de l’astronomie amateur évolue, le matériel d’observation doit aussi évoluer avec du matériel d’initiation vraiment utilisable, qui donne l’envie d’observer le plus souvent possible. Les télescopes Newton 114/900 AZ4, 114/500 AZ4, 130/650 AZ4 et 130/900 AZ4 ou encore lunettes 102/500 AZ4 et 120/600 AZ4 pourraient devenir des références auprès des débutants et pleinement les satisfaire. Contactés à ce sujet, c’est maintenant aux revendeurs de matériels d’astronomie d’entendre cette requête pour ne proposer que du matériel d’initiation qui soit utilisable par les débutants…

En photo : Un télescope Newton 114/900 sur monture azimutale AZ4 avec pointeur point rouge. Non commercialisé, ce télescope est pourtant un très bon instrument d’initiation à la découverte des beautés du ciel étoilé.

Mini atlas du ciel normand (v2)

et pointage manuel d’objets célestes

carte 01a - Orion_c3Voici la v2 du mini atlas du ciel normand.

Beaucoup d’objets peuvent être trouvés assez facilement à l’aide d’une carte et il est assez gratifiant d’y parvenir.

Pour vous y aider, voici un mini atlas que j’ai réalisé pour l’astroclub. Ce document comporte 14 cartes à emmener sur le terrain, conçues pour rester lisibles sous une lampe rouge. Elles montrent les objets les plus accessibles, en figurant pour certains des alignements pour faciliter le pointage.

Un descriptif des objets les plus remarquables, classés par niveau de difficulté, accompagne chaque carte. Parmi ces objets incontournables, certains sont observables avec de simples jumelles. Pour les autres un télescope ou lunette, muni d’un pointeur rouge bien réglé, sera nécessaire. Le diamètre minimal pour observer l’objet dans de bonnes conditions est précisé.

Par rapport à la première version (toujours disponible ici):

  • plus de cartes (9 à 14) pour mieux couvrir le ciel;
  • un peu plus d’objets du ciel profond apparaissent;
  • l’écliptique est dessinée;
  • un tableau sur deux pages indique la visibilité des constellations mois par mois;
  • un glossaire en fin de document recense les objets présents sur les cartes et indique la magnitude et taille apparente.

Mini atlas du ciel normand (v2) (pdf)

Le Dobson de table 76/300 et 76/350, un petit télescope pour les enfants (et les grands) à partir de 6 ans

Cette question revient régulièrement: Quel télescope acheter pour un enfant ?

Avant de se précipiter chez le premier marchand de jouets pour acheter un télescope tout en plastique qui risque de ne pas montrer grand-chose, mieux vaut y réfléchir et se poser quelques questions. L’enfant est-il vraiment intéressé par l’astronomie ? Pourra-t-il sortir dès la nuit tombée pour observer les étoiles ? Quelqu’un pourra-t-il l’accompagner lors de ses observations ? Lire la suite

Mini atlas du Ciel normand

Guide d’observation – pointage manuel d’objets célestes

carte 01a - Orion_c3Beaucoup d’objets peuvent être trouvés assez facilement à l’aide d’une carte et il est assez gratifiant d’y parvenir.

Pour vous y aider, voici un guide d’observation/mini atlas que j’ai rédigé pour l’astroclub. Ce document comporte 9 cartes à emmener sur le terrain, conçues pour rester lisibles sous une lampe rouge. Elles montrent les objets les plus accessibles, en figurant pour certains des alignements pour faciliter le pointage.

Un descriptif des objets les plus remarquables, classés par niveau de difficulté, accompagne chaque carte. Parmi ces objets incontournables, certains sont observables avec de simples jumelles. Pour les autres un télescope ou lunette, muni d’un pointeur rouge bien réglé, sera nécessaire. Le diamètre minimal pour observer l’objet dans de bonnes conditions est précisé.

PointageManuel_guideCartes.pdf

 

Cahier de la Girafe 7 – Préparer ses soirées d’observation

Que va-t-on observer ce soir ? A l’œil nu, avec des jumelles ou avec un télescope ?
Préparer ses soirées d’observations permet de découvrir de nouveaux objets et de changer de ceux habituellement observés, et ainsi de prolonger ses soirées d’observations, à condition bien sur de s’être correctement habillé pour affronter les températures en fonction des saisons, et d’avoir bien préparé son matériel.

Ce nouveau numéro des Cahiers de la GIRAFE a pour but d’aider les amateurs à préparer leurs soirées d’observations avec méthode selon le mois et le matériel utilisé, pour notre latitude et en soirée, le moment préféré des observateurs. Pour les observations dans le ciel du matin, il suffit d’échanger les tableaux de l’été avec ceux de l’hiver, les tableaux du printemps avec ceux de l’automne, et vice et versa. Pour l’observation à partir du début de la seconde partie de nuit, il suffit alors d’avancer chaque tableau d’une saison. Après il n’y a plus qu’à sélectionner les objets remarquables en fonction du matériel utilisé, puissance de l’optique et du mode de pointage.

Bons préparatifs pour de belles observations.

Pascal GASTIN

Cahier n°7 – Préparer ses soirées d’observation

instruments d’initiation

Instruments d’initiation : Propositions de la Girafe


Les jumelles

Elles sont des instruments bien utiles pour l’observation astronomique. Certes leurs faibles grossissements ne permettent pas d’observer des détails sur les planètes, mais elles permettent de contempler des rapprochements planétaires, rechercher des objets du ciel profond ou des comètes. La vision binoculaire est très confortable et apporte un supplément de luminosité. Utilisables par tous, se sont des instruments polyvalents qui peuvent servir pour des observations terrestres. Elles peuvent être installées sur un pied photo via un adaptateur.
Jumelles.jpg
Lire la suite

Bien choisir son premier télescope

La pratique de l’astronomie, pas si facile

S’il est facile de lever les yeux vers le ciel pour contempler furtivement les étoiles, si regarder la Lune à travers une paire de jumelles ou une simple longue-vue n’a rien de compliqué, il ne faut pas cacher aux nouveaux venus que la pratique de l’astronomie n’est pas si facile et si évidente que cela peut paraître.

Lire la suite

Quelques définitions

  1. Amas globulaire : Groupe d’étoiles très denses.
  2. Amas ouvert : Groupe d’étoiles nées en même temps et liées entre elles par gravitation.
  3. Année lumière : Distance parcourue par la lumière en une année à la vitesse de 300 000 km/s soit 9500milliard de km.
  4. Aphélie : Point de l’orbite (elliptique) d’une planète le plus éloigné autour de son étoile .
  5. Apogée : Point de l’orbite d’un objet le plus éloigné autour de la terre .
  6. Ascension droite : Distance angulaire d’ouest en est d’un objet (étoile, planète) de la sphère céleste par rapport au point vernal. C’est l’équivalent de la longitude terrestre.
  7. Astérisme : Figure remarquable dessinée par des étoiles particulièrement brillantes et rappelant un objet connu.
  8. Astéroïde : Petit corps planétaire qui gravite autour du soleil.
  9. Astronome : Personne qui observe des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, ainsi que leurs propriétés physiques et chimiques. Avec plus de 7 000 ans d’Histoire, les origines de l’astronomie remontent au-delà de l’Antiquité dans les pratiques religieuses préhistoriques. L’astronomie est l’une des rares sciences où les amateurs jouent encore un rôle actif. Elle est en effet pratiquée à titre de loisir par un large public d’astronomes amateurs. En 2009, a eu lieu pour la première fois l’Année mondiale de l’astronomie.
  10. Astrologue : Personne qui soutient que la position des planètes dans le système solaire apporte des informations permettant d’analyser ou de prédire des événements humains, collectifs ou individuels. Ses versions populaires sont les horoscopes des revues ou les affinités des signes du zodiaque. Les scientifiques considèrent l’astrologie comme une pseudo-science ou une superstition.
  11. Ceinture de Kuiper : Zone du système solaire s’étendant au-delà de l’orbite de Neptune, entre 30 et 55 unités astronomiques. Cette zone en forme d’anneau contient de nombreux astéroïdes et comètes.
  12. Circumpolaire : Se dit d’une étoile, proche de l’axe des pôles terrestres et qui est visible toute l’année pour une latitude donnée.
  13. Comète : Objet céleste formé de gaz, poussières et glace dont l’orbite autour du soleil est très allongée.
  14. Conjonction : position de deux objets qui sont vus depuis la terre dans un même alignement.
  15. Constellations : L’un des 88 regroupements conventionnels d’étoiles et formant des figures particulières qui servent de points de repères dans le ciel.
  16. Déclinaison : Distance angulaire entre un objet et l’équateur céleste. C’est l’équivalent de la latitude terrestre.
  17. Éclipse de Lune : Moment où la Lune se trouve dans l’ombre de la Terre et devrait disparaître de notre vue ; en raison de l’atmosphère terrestre,qui réfracte la lumière et disperse les radiations bleues, la Pleine Lune , assombrie prend pour quelques heures une belle teinte rougeâtre.
  18. Éclipse de Soleil : Moment où la lune masque le soleil soit complètement (éclipse totale), soit en partie. Il arrive que le diamètre apparent de la lune soit juste inférieur à celui du soleil pour que l’on ne distingue qu’un cercle (éclipse annulaire). La zone concernée sur Terre est limitée à quelques dizaines de km pour une durée inférieure ou égale à 7 minutes.
  19. Écliptique : Trajectoire apparente du soleil dans le ciel. Plan stable de l’orbite de la Terre autour du Soleil.
  20. Équateur céleste : Cercle imaginaire parallèle à l’équateur terrestre.
  21. Étoile : Corps céleste producteur de chaleur et de lumière dus aux réactions nucléaires de son noyau.
  22. Étoile à neutrons : Astre principalement composé de neutrons maintenus ensemble par les forces de gravitation. Ce sont le résidu compact issu de l’effondrement gravitationnel du cœur d’une étoile massive quand celle-ci a épuisé son combustible nucléaire. 
  23. Étoile filante : Nom populaire d’une météorite qui se consume en entrant dans l’atmosphère terrestre.
  24. Étoile variable : Une étoile variable est une étoile dont la luminosité varie.la luminosité de certaines étoiles varie de façon perceptible pendant des périodes de temps très courtes.
  25. Étoiles multiples : (ou système stellaire) Système gravitationnel composé de plusieurs étoiles,appelées « composantes », en orbite les unes autour des autres. Les plus courantes sont les étoiles binaires (ou étoiles doubles), mais il existe des systèmes ternaires (ou triples), d’autres systèmes encore plus complexes à quatre, cinq, six étoiles.
  26. Exoplanète : Se dit d’une planète qui orbite autour d’un astre autre que le soleil. On recherche activement des planètes de ce genre parmi les systèmes planétaires autres que le nôtre, notamment celles comparable à la terre, mais leur détection est rendue difficile par leur faible masse (et leur proximité à l’étoile) comparée à celle des géantes gazeuses et des étoiles. Une exoplanète tellurique a été découverte et cette découverte a été rendue publique en avril 2007 : Gliese 581 c (une autre semblait avoir été découverte, OGLE-2005-BLG-390Lb, le 26 janvier 2006). On en connaît plusieurs milliers.
  27. Galaxie : Vaste ensemble d’étoiles, de gaz et de poussières. Exemple, notre Voie Lactée.On suppose que de nombreuses étoiles possèdent un système planétaire.
  28. Géante bleue : Étoile très chaude, très brillante et très massive (plus de 18 masses solaires), de couleur bleue. Ce sont en général des étoiles jeunes.
  29. Géante rouge : Étoile ayant évolué après avoir épuisé l’hydrogène de leurs noyaux, commencent à consommer l’hydrogène périphérique. Ce sont des étoiles qui peuvent atteindre un rayon 1 000 fois supérieur à celui du Soleil.
  30. Géocroiseurs : Astéroïdes évoluant à proximité de la Terre. Ceci comprend également quelques comètes. Certains de ces objets étant susceptibles de heurter la Terre, ils font l’objet d’une recherche et d’un suivi particulier.
  31. Kelvin : Unité de température thermodynamique. Une variation de température de 1 K est équivalente à une variation de 1 °C. La température de 0 K est égale à -273,15 °C et correspond au zéro absolu.
  32. Limbe : Bordure visible du disque d’un objet céleste. On parle le plus souvent du limbe lunaire.
  33. Lune : Seul satellite naturel de la terre.
  34. Magnitude absolue : Luminosité d’une étoile qui aurait été placée à 10 parsec de la terre.
  35. Magnitude apparente : Mesure de l’éclat d’une étoile ou d’un autre corps céleste tel que nous le voyons.
  36. Méridien : Ligne imaginaire qui traverse la sphère céleste en passant à la fois par les pôles et par le zénith.
  37. Météorite : Fragment de matières interplanétaires qui traverse l’atmosphère terrestre. Voir étoile filante.
  38. Mètre : Mesure de longueur valant la dix-millionième partie d’un quart de méridien terrestre. Plus précisément, la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1⁄299 792 458 seconde.
  39. Minute d’arc : Subdivision du degré, et qui vaut 1/60 de degré.
  40. Nadir : Point de la sphère céleste représentatif de la direction verticale descendante, en un lieu donné(par opposition à zénith). Par extension, peut signifier « le point le plus bas ».
  41. Naine blanche : Objet céleste gazeux issu de l’évolution d’une étoile de masse modérée après la phase où se produisent des réactions thermonucléaires. Cet objet a alors une taille très petite comparativement à une étoile, et qui conserve longtemps une température de surface élevée. Une naine blanche possède typiquement une densité est ainsi de l’ordre d’une tonne par centimètre cube.
  42. Naine brune : Objet insuffisamment massif pour être considéré comme une étoile mais plus massif qu’une planète géante. L’énergie lumineuse d’une naine brune est quasi-exclusivement tirée de l’énergie potentielle gravitationnelle, transformée en énergie interne par contraction, contrairement à une étoile qui tire son énergie des réactions nucléaires.
  43. Naines rouges : Étoiles les moins massives et les moins lumineuses jamais observées. En deçà, ce sont les naines brunes, qui ne sont pas vraiment des étoiles. Les naines rouges sont les étoiles les plus fréquentes au sein de la Voie lactée, représentant entre 70 et 90 % des étoiles de notre galaxie.
  44. Nébuleuse : Historiquement,objet non planétaire ni stellaire. Nuage interstellaire de gaz et de poussières.
  45. Nébuleuse en émission : Type de nébuleuses composées de nuages de gaz ionisé émettant de la lumière de couleurs variées.
  46. Nébuleuse en réflexion : nuages de poussières qui réfléchissent la lumière d’une ou plusieurs étoiles voisines. Ces étoiles ne sont pas assez chaudes pour causer l’ionisation des gaz.
  47. Nébuleuse planétaire : Objet astronomique formé d’une naine blanche, entourée d’un nuage de matière qui s’étend autour de l’étoile à une vitesse d’expansion de 20 à 30 kilomètres par seconde. Ce nuage est ionisé par les photons ultraviolets émis par l’étoile qui est devenue très chaude.Ce sont des objets qui évoluent assez rapidement ; on en connaît environ 1 500 dans notre Galaxie.L’adjectif « planétaire » est historique mais erroné.
  48. Nébuleuses sombres : (ou nébuleuses obscures ou encore nébuleuses d’absorption) Régions où les poussières du milieu interstellaire semblent se concentrer en grands nuages qui apparaissent en régions pauvres en étoiles.
  49. Opposition : Point de l’orbite d’une planète supérieure qui se trouve directement à l’opposé du soleil dans le ciel par rapport à la terre.
  50. Parsec : Unité de mesure de distance qui vaut 3,26 AL soit 30970 milliard de km. Un parsec correspondant à la distance qu’aurait une étoile dont l’angle terre-soleil-étoile serait d’une seconde d’arc.
  51. Périgée : Point de l’orbite d’un corps céleste ou celui-ci est le plus proche de la terre.
  52. Périhélie : Le périhélie est le point de l’orbite d’un corps céleste (planète, comète, etc.) qui est le plus rapproché du Soleil autour duquel il tourne. (Pour la Terre, vers le 4 Janvier ) Cela se dit aussi de l’époque où l’objet a atteint ce point.L’antonyme de périhélie est aphélie.
  53. Période sidérale : Temps mis par un astre pour accomplir sa révolution, autour d’un autre astre.Comme une planète autour du Soleil, ou un satellite autour d’une planète.
  54. Période synodique : Temps mis par un objet revenir à la même configuration, la même place dans le ciel par rapport au Soleil, vu de la Terre : il s’agit de la période de révolution apparente.( 29,5 J pour la Lune ). Les périodes synodiques des lunes de Mars, par exemple, dépendront des vitesses de révolution de Mars autour du Soleil et des lunes autour de Mars, ainsi que de la période de rotation de Mars sur elle-même.
  55. Petite planète : (ou planètes naines) Objet céleste du système solaire, intermédiaire entre une planète et un petit corps. Le terme fut adopté en 2006 par l’Union astronomique internationale afin de clarifier la classification des objets tournant autour du Soleil.Aujourd’hui, 5 objets sont reconnus comme planète naine: Cérès, Éris, Pluton, Makemake, Haumea.
  56. Planète : Corps céleste qui n’émet pas de lumière, mais réfléchi celle de l’étoile autour de laquelle il gravite. Elle doit avoir une orbite stable et nettoyée de tout corpuscule, et une masse conséquente.
  57. Planète Inférieure : Se dit d’une planète du système solaire qui se trouvent entre le soleil et la terre.On dit aussi quelques fois planète intérieures. Ce sont Mercure et Vénus.
  58. Planète Supérieure : Se dit des planètes du système solaire qui se trouvent au delà de la terre. Celles qui ne sont pas inférieures. On dit aussi quelques fois planètes extérieures.
  59. Planètes gazeuses : Planète géante gazeuse sont très volumineuses et sont peu denses. Elles sont parfois également appelées planètes joviennes ou géantes joviennes en référence à Jupiter. Ces planètes sont plus éloignées du Soleil dans le système solaire et possèdent un nombre important de satellites. Elles possèdent aussi toutes des anneaux planétaires. À la différence des planètes telluriques, leurs masses découlent essentiellement d’éléments chimiques légers (hydrogène et hélium).
  60. Planètes telluriques : Par opposition aux planètes gazeuses, ce sont des planètes composées de roches et de métaux ; c’est-à-dire qu’elles possèdent en général trois enveloppes concentriques (noyau,manteau et croûte). Leur surface est solide et elles sont composées principalement d’éléments non volatils ; généralement des roches (silicates) et de métal (fer). Leur densité est donc relativement importante. Dans le système solaire, les planètes telluriques sont Mercure, Vénus, la Terre et Mars.Les planètes telluriques sont beaucoup plus petites que les planètes gazeuses.
  61. Pluie d’étoiles filantes : Phénomène lumineux qui accompagne l’entrée dans l’atmosphère d’un corps extraterrestre. Cette traînée lumineuse est causée par la vaporisation du corps et l’ionisation de l’air sur sa trajectoire. Le phénomène se passe entre 120 et 85 kilomètres d’altitude.Les pluies se produisent lorsque des poussières cométaires en orbite autour du Soleil coupent la trajectoire de la Terre.
  62. Point vernal : Sur la sphère céleste, intersection entre l’équateur et l’écliptique au moment de l’équinoxe de printemps ( 20/21Mars) C’est le point zéro des coordonnées équatoriales.
  63. Pôles célestes : Points de la sphère céleste vers lesquels pointe l’axe de rotation de la Terre et autour desquels le ciel semble donc tourner. L’axe de rotation de la Terre n’est pas fixe avec le temps (voir précession des équinoxes), ainsi la position des deux pôles célestes varie au cours du temps. Par exemple,il y a environ 14 000 ans, c’était l’étoile Véga qui déterminait le pôle nord céleste, et ce sera à nouveau le cas dans environ 12 000 ans.Les pôles célestes sont les pôles du système de coordonnées équatoriales. Leur déclinaison est de ±90°.
  64. Précession des équinoxes : Lent changement de direction de l’axe de rotation de la Terre.Ce changement de direction est provoqué par les forces qu’exercent la Lune (avec les marées) et le Soleil sur le renflement équatorial de la Terre. Ce mouvement aboutit à déplacer l’orientation du pôle Nord parmi les étoiles, en sorte que, au fil des siècles, nous changeons d’étoile polaire. Ce mouvement de l’axe des pôles terrestres entraîne avec lui celui de l’équateur, et de ce fait, le point vernal précède chaque année sa position antérieure sur l’équateur par rapport à l’écliptique. Pour cette raison ce mouvement est appelé précession des équinoxes. L’axe de la Terre décrit un cône complet en 25 800 années.
  65. Pulsar : Étoile à neutrons en rotation rapide et qui émet régulièrement des impulsions radio.
  66. Quasar : Objet très lointain extrêmement lumineux et qui serait le noyau d’une jeune galaxie très active.
  67. Satellite artificiel : Objet fabriqué par l’homme et qui gravite autour d’une planète (souvent la Terre). Ce sont des sondes qui servent à l’observation soit de la Terre soit de l’univers, ou aux télécommunications.
  68. Satellites naturels : Corps céleste qui gravite autour d’un autre de plus grande taille. La Lune est le seul satellite naturel de la Terre.
  69. Seconde d’arc : Subdivision du degré, et qui vaut 1/3600 de degré.
  70. Super Nova : Ensemble des phénomènes conséquents à l’explosion d’une étoile, qui s’accompagne d’une augmentation brève mais fantastiquement grande de sa luminosité. Vue depuis la Terre, une supernova apparaît donc souvent comme une étoile nouvelle, alors qu’elle correspond en réalité à la disparition d’une étoile.
  71. Système binaire : Se dit de deux objets dans l’espace (habituellement des étoiles, mais aussi des planètes, des galaxies ou des astéroïdes) qui sont si proches que leur interaction gravitationnelle les fait orbiter autour d’un centre de masse commun.
  72. Terminateur :Ligne fictive qui sépare les faces éclairées et non éclairées d’une planète. Pour la Lune,en particulier, les reliefs situés dans cette région sont éclairés en lumière rasante et voient leurs profils accentués, bien délimités par leurs ombres grâce à l’absence de diffusion par une atmosphère.
  73. Trou noir : Corps extrêmement dense dont le champ gravitationnel est si intense qu’il empêche toute forme de matière ou de rayonnement de s’en échapper . De tels objets n’émettent donc pas de lumière et sont alors perçus noirs.
  74. Unité Astronomique : (UA ou ua) est une unité utilisée pour mesurer les distances, surtout entre les objets du système solaire. Elle est historiquement basée sur la distance entre la Terre et le Soleil.Une unité astronomique vaut environ 149 597 870,7 km (~150 Millions de km).
  75. Vitesse de la lumière : La vitesse de la lumière dans le vide, notée c (pour célérité), est une constante physique. Elle a été fixée à 299 792 458 m/s en 1983 par le Bureau international des poids et mesures(~300 000 km/s).
  76. Zénith : Un des points d’intersection de la verticale d’un lieu donné et de la sphère céleste. Le point d’intersection qui se trouve au-dessus de la Terre est le zénith.
  77. Zodiaque : Le zodiaque est une zone circulaire de la sphère céleste, dont l’écliptique occupe le milieu et qui contient les douze constellations que le Soleil semble traverser en une année.Le zodiaque est de nos jours divisé en treize constellations correspondant à douze signes. Le plus souvent,le grand public a entendu parler des signes astrologiques du zodiaque dans un contexte astrologique et non astronomique.

version PDF

Observer le ciel à l’oeil nu

Pour la plupart des débutants et des néophytes, la pratique de l’astronomie ne peut se faire qu’avec l’utilisation d’un instrument d’observation. Ils se pressent alors d’en acheter un sans avoir pris suffisamment d’informations sur les contraintes liées à l’observation avec un instrument. Malheureusement et c’est trop souvent le cas, après quelques rapides et laborieux essais sur la Lune, les contraintes l’emportent sur le plaisir et l’amateur débutant désabusé préfère alors renoncer à sa passion céleste naissante.

Lire la suite