Achat, les pièges à éviter (et quelques conseils)

Il est toujours difficile de conseiller quelqu’un sur le choix d’un télescope. Trop de facteurs entrent en jeux et en fonction de ce qu’on veut faire avec son instrument (visuel ou photographie du ciel profond, …), ses contraintes de transport, son budget, etc, le choix final sera très différent. Le télescope parfait n’existe pas.

Néanmoins il y a certains instruments que l’on peut clairement déconseiller, car ils sont tout simplement mauvais. Est-il besoin de précisez que si vous achetez votre instrument dans un supermarché, vous risquez fort de vous retrouver avec un bibelot inutilisable? Même les opticiens sont à éviter. Privilégiez les boutiques spécialisées en astronomie. Il existe de nombreuses enseignes très sérieuses sur internet (Astronome.fr, Optique Unterlinden, Astro-shop.fr, etc.) et la plupart sont à même de vous conseiller si vous les contactez directement.

Le 114/900 EQ1: le télescope à fuir!

Mais même dans les boutiques spécialisées on trouve encore des instruments dont on se demande pourquoi ils sont au catalogue tellement ils sont mal conçus. C’est le cas en particulier du 114/900 sur monture équatoriale EQ1 :
Télescope 114/900 sur monture EQ1 : Le piège à éviter.

En résumé, une optique correcte, mais sur une monture sous-dimensionnée, donc instable, et trop complexe pour débuter. Bref le meilleur moyen de dégoûter quelqu’un de l’astronomie. Les modèles sur monture EQ2 sont préférables, mais restent à nos yeux beaucoup trop complexes. Une monture équatoriale sur ce type d’instrument d’initiation n’a guère d’intérêt.

Nous sommes trop souvent sollicités pour de l’aide sur ce modèle de télescope. Mais de notre point de vue le cas est désespéré et on ne pourra rien pour vous, à part vous conseiller de changer de monture (par exemple une AZ4, cf. le lien précédent), ou de le revendre pour en acheter un meilleur.

Un Dobson de table 114/450 (Orion Funscope): moins cher que le 114/900 Eq1 (moins de 150€), et pourtant beaucoup plus utilisable.

À moins que votre principal objectif soit de faire de l’astrophotographie du ciel profond (mais dans ce cas il faut une monture beaucoup plus robuste et ce n’est pas du tout le même budget), notre conseil serait plutôt de choisir un télescope de type Dobson, beaucoup plus simple à manipuler: pas de mise en station compliquée, on pose le télescope, on observe.

Vous trouverez plusieurs articles consacrés aux Dobson sur le site:

Il y en a de toutes les tailles et pour tous les budgets.

Ce type d’instrument est même adapté à des enfants:
Le Dobson de table 76/300 et 76/350, un petit télescope pour les enfants (et les grands) à partir de 6 ans

L’achat d’un instrument ne devrait pas se faire sur un coup de tête, mais être mûrement réfléchi. Gardez à l’esprit que plus le diamètre du miroir est important, plus le télescope vous montrera de choses (mais n’espérez pas voir les mêmes images qu’Hubble!). De ce point de vue si vous être vraiment motivé il vaut mieux parfois investir un peu plus et avoir un instrument de plus gros diamètre qui vous en montrera nettement plus. On trouve également des offres intéressantes sur le marché de l’occasion.

Et avant de faire votre choix on ne saurait trop vous conseiller de participer à une soirée d’observation de l’astroclub le plus proche de chez vous. Celle de la Girafe sont publiques et annoncées sur la page « Programme des activités » (menu du haut). L’inscription à la liste de diffusion est conseillée pour être tenu au courant des changements de dernières minutes. Cela vous permettra de vous rendre compte de ce que vous pourrez espérer voir dans un télescope et d’obtenir des conseils.

Enfin, pour vous aidez à faire vos débuts dans l’observation du ciel profond avec votre nouvel instrument, la Girafe vous propose le guide pour l’astronome débutant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *