Venus

Appelée aussi « étoile du berger », Vénus est la seconde planète du système solaire juste après Mercure par la distance qui la sépare du Soleil à environ 108 millions de kilomètres. Longtemps considérée comme la sœur jumelle de la Terre, son diamètre réel de 12 100 km est à peine inférieur à celui de notre planète. Elle tourne autour de soleil 225 jours et autour de son axe en 243 jours en sens rétrograde par rapport aux autres planètes du système solaire, ce qui a pour conséquence qu’une année est plus courte qu’une journée sur Vénus. Son atmosphère très dense est composée principalement de gaz carbonique et d’acide sulfurique ce qui provoque un important effet de serre ou les orages sont permanents et les vents violents qui provoquent des cyclones. Sa surface est recouverte à 60% de plaines, 20% de montagnes et quelques volcans encore actifs. Sa température atteint les 470 °C, et sa pression atmosphérique est 96 fois supérieure à celle de la Terre, autant dire que les conditions qui y règnent sont plutôt hostiles.

Transit de Vénus devant le Soleil le 8 juin 2004 Photo Alain DE LA TORRE Telescope KEPLER Newton 200/1000 sur monture équatoriale motorisé et webcam

Transit de Vénus devant le Soleil le 8 juin 2004 Photo Alain DE LA TORRE Telescope KEPLER Newton 200/1000 sur monture équatoriale motorisé et webcam

Tout comme Mercure, Vénus est une planète intérieure, son orbite est située à l’intérieure de l’orbite terrestre. Cela a pour conséquence qu’elle n’est jamais en opposition, donc qu’elle n’est jamais visible toute la nuit, mais uniquement le soir vers l’ouest après le coucher du Soleil, ou le matin vers l’est avant le lever du Soleil. Son relatif éloignement du Soleil fait qu’elle s’éloigne suffisamment des lueurs du crépuscule ou de l’aurore puisqu’elle se couche ou se lève jusqu’à 4 heures et demi après ou avant le Soleil. Tous les 9 mois environ, elle se retrouve en conjonction solaire ou elle est invisible pendant plusieurs jours. Alternant conjonction supérieure lorsqu’elle passe derrière le Soleil, ou la distance qui la sépare de la Terre est au maximum à 160 millions de kilomètres et son diamètre apparent est de 10 secondes d’arc, et conjonction inférieure lorsqu’elle passe devant le Soleil, où la distance qui la sépare de la Terre est au minimum à 40 millions de kilomètres et son diamètre apparent atteint 65 secondes d’arc. Lorsqu’elle est parfaitement alignée entre le Soleil et la Terre, elle est alors en transit solaire, ce qui se produit en moyenne 2 fois par siècle. Lorsque son élongation est au maximum, c’est à dire l’angle formé entre Vénus, la Terre et le Soleil est le plus ouvert, c’est le moment le plus favorable pour son observation entre deux conjonctions. La valeur maximale de cet angle atteint les 48°. Enfin elle ne possède pas de satellite naturel.

Observation :

Aspect de Vénus à travers un petit instrument d’amateur Photo Pascal GASTIN Lunette MEADE 90/1000 et APN CANON A 85

Aspect de Vénus à travers un petit instrument d’amateur Photo Pascal GASTIN Lunette MEADE 90/1000 et APN CANON A 85

Planète accessible à tous les observateurs tant sa localisation est des plus aisées grâce à son très fort éclat, tel un phare dans le ciel ou elle est bien visible à l’œil nu même après le lever du Soleil. Tout comme la Lune, Vénus présente des phases dont seul un fin croissant peut-être observé à l’aide de simples jumelles classiques type 12 X 50, par contre un petit instrument grossissant environ 30 à 50 fois est nécessaire lorsqu’elle se présente sous la forme d’un quartier, et il faut un grossissement de 80 à 100 fois pour l’apercevoir sous la forme gibbeuse. De très faibles détails de son atmosphère peuvent être aperçus avec un instrument de 100 mm à condition qu’elle soit bien dégagée de l’horizon et d’utiliser un filtre coloré. Enfin, ne pas oublier qu’au niveau de l’horizon, la turbulence atmosphérique ainsi que l’épaisse couche de l’atmosphère terrestre permet aux petits instruments et plus particulièrement aux lunettes de prendre l’avantage sur de puissants télescopes. Pour son observation en plein jour, il faut connaître avec exactitude sa position dans le ciel. Une autre solution consiste à utiliser une monture équatoriale motorisée mise en station en fin de nuit et de pointer la planète, la monture va suivre automatiquement sa progression après le lever du Soleil.

Bonnes observations.

Partager: