BIEN CHOISIR SON TÉLESCOPE POUR OBSERVER

Le choix important proposé par les différents revendeurs de matériel astro peut rendre le choix difficile pour un débutant ou une débutante et mieux vaut ne pas se tromper d’instrument pour qu’il ou elle profite pleinement à observer les beautés du ciel étoilé. Quant à ceux qui pratiquent déjà et qui souhaitent acquérir un instrument plus puissant ou plus pratique à utiliser, les conseils des observateurs de la GIRAFE peuvent être d’une grande utilité. Et à la GIRAFE nous ne conseillons que ce que nous utilisons, donc du matériel testé et approuvé.

Aujourd’hui le prix du matériel d’astronomie est devenu très abordable, voire même trop, permettant ainsi à de simples curieux d’acquérir un télescope sans avoir aucune notion d’astronomie, sans savoir se repérer un minimum dans le ciel et sans s’être renseigné auprès d’amateurs confirmés. Avec au final un achat « coup de tête » d’un instrument douteux voir difficilement utilisable, qui servira au mieux deux ou trois fois sur la Lune et qui finira dans le grenier ou sur « Leboncoin ». Alors pour éviter un achat inutile, mieux vaut acquérir un instrument qui donne l’envie d’observer souvent et de progresser. Suffisamment puissant pour bien voir les principaux objets planétaires et du ciel profond, ainsi que stable et facile à utiliser, afin de pouvoir le garder longtemps avant de songer à le remplacer par un instrument plus puissant.

Un télescope capable de satisfaire la curiosité d’un débutant, d’un initié ou d’un expert, cela existe à un prix très abordable: c’est le télescope de Dobson. Pour ceux qui ne sont pas convaincus, d’autres types de télescopes existent, mais à puissance égale, leur prix est beaucoup plus élevé et leur utilisation plus complexe.

Pour un enfant de 6 à 12 ans, un petit Dobson de table de 76 mm à 114 mm est très bien à condition que le miroir primaire soit parabolique et non sphérique à partir de 100 mm de diamètre d’ouverture. Cette spécificité est inscrite dans le descriptif de l’instrument, sinon l’instrument donnera une image catastrophique des planètes. Pour un adolescent de 12 à 16 ans, un Dobson de 114 à 150 mm permet de découvrir encore plus en détails les planètes et les objets du ciel profond.

À partir de 16 ans un Dobson de 200 mm est un excellent investissement pour de nombreuses années. Il permet une excellente vision des principales planètes du système solaire, mais c’est surtout la vision des amas globulaires qui devient époustouflante. Ces objets du ciel profond sont de l’avis de nombreux observateurs les plus beaux à observer dans nos instruments d’amateurs. Ils ressemblent alors à ce que l’on voit en photo, c’est à dire une myriade d’étoiles bien distinctes. Alors que dans un télescope de 150 mm d’ouverture, ces mêmes objets paraissent comme une sphère granuleuse mal définie avec juste quelques étoiles bien nettes en périphérie. La différence de vision pour les amas globulaires est bien nette entre un télescope de 150 et 200 mm, et la différence de prix d’environ 100 € entre ces deux diamètres est largement justifiée si le budget astro le permet. De plus si les amas globulaires sont le plus nombreux à observer au printemps, il y en a de visibles tout au long de l’année, et certains d’entre eux sont faciles à pointer même par un débutant…

Cliquez ci-après pour lire l’article pour vous aider à choisir entre les différents types de télescopes de 200mm disponibles dans le commerce (Dobson ou sur monture équatoriale, etc.) et les accessoires conseillés: T200

L’amas d’Hercule M 13 tel qu’il apparaît à l’oculaire d’un télescope à partir de 200 mm d’ouverture. Photo Nicolas Desmoulins

 

Atelier fabrication de résistances chauffantes

Un nouvel atelier bricolage a eu lieu samedi, pour la suite de la fabrication de résistances chauffantes chargées de prévenir de la buée sur les objectifs, miroirs secondaires ou encore oculaires.
Plus de personnes ont pu se libérer que lors de la dernière session. Encore une fois les travaux de soudure, perçage, … ont bien avancé. Ceux ayant déjà fini leur travaux ont pu donner un coup de main aux autres.
Pascal a également tenté de collimater un petit Dobson de table qui avait eu un petit soucis technique et s’était retrouvé complètement déréglé.

Transit de Mercure devant le soleil

Photo du transit de Mercure de 2016 : source site internet de futura sciences

Lundi 11 novembre, la plus petite planète du système solaire passera devant le Soleil. Parmi les astres importants que nous pouvons voir passer devant notre soleil, on compte la Lune qui entraîne les éclipses de soleil et seulement deux planètes situées entre la terre et le soleil : Mercure et Venus. Ce phénomène se nomme alors un transit en astronomie.

Le petit point environs 200 fois plus petit que le disque solaire que nous pourrons observer si les nuages veulent bien nous le permettre sera la planète Mercure. Nous ne pouvons que vous encourager à observer ce phénomène puisque le prochain transit de Mercure visible depuis la France métropolitaine aura lieu en 2032.

Bien entendu, dès qu’il s’agit d’observer le soleil, il faut prendre pour toutes les précautions nécessaires pour suivre l’événement en toute sécurité ! Il faut équiper son instrument d’un filtre du même type que ceux utilisés pour les éclipses de soleil.

En Normandie, il sera possible d’observer le début du passage et le maximum (distance minimale entre le centre de Mercure et le centre du Soleil). Cependant, la suite du passage, et sa fin, ne seront pas observables car le Soleil sera couché.

Mercure apparaîtra sous forme de point noir, représentant seulement environ 0.5% du diamètre du Soleil. Il faudra donc un télescope grossissant au moins 50 fois pour la voir.

Sur l’agglomération caennaise, l’Asnora organise une manifestation grand public ouverte à tous dans l’enceinte du château de Caen (à côté de la salle de l’échiquier) de 13h au coucher du soleil. Des astronomes amateurs seront présents pour expliquer et permettre d’observer le phénomène dans leurs instruments.

Atelier Traitement d’images avec SIRIL

Samedi dernier, nous étions huit membres à avoir répondu présent pour le premier atelier de traitement d’images proposé par Philippe.
La taille du groupe était idéale pour bénéficier des conseils avertis de l’un des spécialistes de notre club sur le sujet. Philippe a commencé par nous montrer comment utiliser ce logiciel en manuel. Pas à pas, nous avons tous suivi les étapes sur nos propres ordinateurs pour additionner les différents types d’images (images brutes, darks, flats et offsets) nécessaires la réalisation d’une belle image du ciel profond en traitant des clichés de M42, la belle nébuleuse d’Orion. Puis Philippe nous a fait découvrir la simplicité des scripts qui automatisent énormément le travail. Enfin, nous avons découvert la possibilité de réaliser des traitements pour aligner des images de comètes et gagner ainsi en signal d’information grâce un script. Philippe nous a remis également d’autres scripts et tutoriels pour faire des traitements d’images planétaires. Il ne nous reste plus qu’à pratiquer un peu pour apprivoiser ce logiciel très puissant et efficace. Une séance de rattrapage et/ou de perfectionnement est prévue le samedi 23 novembre pour les personnes intéressées.

 

Traitement d’une image astro du ciel profond au format TIFF

Suite et fin de la série des tutoriels pour débuter en astrophotographie. Pour finir, une fois votre image sortie de Siril ou Deep Sky Stacker, elle peut encore être améliorée à l’aide d’un logiciel de traitement d’image. Ici on va l’illustrer sur le logiciel Paint.net, mais les principes sont applicables sous d’autres logiciels tels que Photoshop ou Gimp.

Tutoriel « Traitement avec paint-net »

Jour de la Nuit, samedi 12 octobre

Le Jour de la Nuit est une opération nationale visant à informer sur les conséquences de la pollution lumineuse. Sensibiliser le public sur l’excès de lumière la nuit et de ses effets néfastes, tel est le thème de cette manifestation… La GIRAFE ira observer les beautés du ciel étoilé en s’éloignant de cette pollution lumineuse à la chapelle de Banneville sur Ajon, avec une exposition thématique à l’intérieure de la chapelle et une animation en cas de mauvais temps.

Entrée libre, gratuite et sans réservation. Parking visiteurs à 300 m du site d’observation.