Sommer’Sciences – Soirée Astro

Samedi 27 avril 2019, la GIRAFE participe à des animations scientifiques à Sommervieu près de Bayeux.

Animations ouvertes à tous et à toutes, gratuites et sans réservation sauf pour l’atelier d’initiation.

À LA SALLE DES FÊTES

OZOBOT de 14 H 00 à 17 H 00 par Planète Sciences (GRATUIT)

POLICE SCIENTIFIQUE de 14H 00 à 17H 00 par Planète Sciences (GRATUIT) http://www.planete-sciences.org/normandie/?s=police+scientifique

PLANÉTARIUM de 14H 00 à 17H 00 par Planète Sciences (GRATUIT) http://www.planete-sciences.org/normandie/lespace/

GRAVITRAX de 14H 00 à 17H 00 par SommerGeeks (GRATUIT)

RÉALITÉ VIRTUELLE de 14H 00 à 17H 00 par SommerGeeks (GRATUIT)

QUIZ ASTRONOMIQUE de 20H 30 à 22H 00 par l’Astroclub de la Girafe (GRATUIT)

OBSERVATION DU SOLEIL de 14 H 00 à 17 H 00 par l’astroclub de la GIRAFE(GRATUIT) sur le terrain situé à coté de la salle des fêtes

OBSERVATION DU CIEL ÉTOILÉ à partir de 22 H 00 par l’Astroclub de la Girafe (GRATUIT) sur le terrain situé à coté de la salle des fêtes

À LA MAIRIE

INITIATION A L’UTILISATION D’UN TÉLESCOPE ET CONSEIL POUR L’ACHAT D’UN PREMIER TÉLESCOPE de 14 H 00 à 18 H 00(gratuit pour les adhérents de la GIRAFE, 15€ par personne dans la limite de 20 participants et 10€ pour les Sommerviducasses. Inscription à l’atelier pour débutant via astroclublagirafe@gmail.com

Pour plus d’infos :

Mairie de Sommervieu : 02.31.21.74.96.

Cédric CAHU (adhérent de la GIRAFE et adjoint au maire de Sommervieu) :
cahu-cedric@orange.fr

Partager:

Projection du Film documentaire « Télescope intérieur »

Une projection du film « Télescope intérieur, une œuvre spatiale d’Eduardo Kac » sera organisée à la bibliothèque Alexis de Tocqueville le mardi 16 avril à 17h à CAEN.

La projection sera suivie d’une rencontre avec le réalisateur Virgile NOVARINA.
Entrée libre

Lors de sa mission scientifique comportant une soixantaine d’expériences, l’astronaute Thomas Pesquet a également réalisé la première performance artistique de l’Espace : une œuvre conçue pour l’apesanteur par l’artiste Eduardo Kac. Un film de Virgile Novarina retrace cette aventure spatiale et poétique.

Depuis une dizaine d’années, l’artiste américain Eduardo Kac se demande quelles formes d’art spécifiques pourraient exister dans l’Espace, sans pour autant transposer une œuvre d’art réalisée sur Terre : Quelles nouvelles expériences artistiques et poétiques l’apesanteur pourrait-elle permettre ? Ses réflexions l’ont conduit à créer une forme en trois dimensions, n’ayant ni haut ni bas et porteuse de nombreuses significations différentes selon l’angle sous laquelle elle est vue. Une œuvre pensée pour flotter dans l’espace avec son spectateur, lui aussi en apesanteur…

Cette démarche a tout de suite séduit Thomas Pesquet, qui a accepté de réaliser cette expérience artistique lors de son séjour de six mois à bord de la Station Spatiale Internationale. Un film de Virgile Novarina intitulé « Télescope intérieur, une œuvre spatiale d’Eduardo Kac » retrace toute cette aventure, depuis l’atelier d’Eduardo Kac à Chicago jusqu’au module Colombus de la Station Spatiale Internationale, en passant par le centre d’entrainement des astronautes de Cologne en Allemagne, et par le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

Auparavant, des œuvres d’art avaient déjà été apportées dans l’Espace, mais cette fois, il s’agissait de créer une œuvre nouvelle à bord de la Station Spatiale Internationale, une œuvre qui ne prend son sens que dans cet environnement si particulier. Composée de matériaux très simples et disponibles à bord de la station, « Télescope intérieur » consiste en un découpage et un assemblage de deux feuilles de papier, qui en flottant symbolisent à la fois une petite station orbitale, un télescope, un personnage au cordon ombilical coupé, et le mot « MOI », représentant le Moi de l’humanité libérée de la gravité. Une œuvre multi-facettes dégageant une grande force poétique dès l’instant où Thomas Pesquet la lâche face à la caméra et vole avec elle jusqu’à la Cupola, le lieu privilégié d’observation de la Terre.

Rarement un film a si bien montré la naissance d’une œuvre. Dans une dramaturgie à la fois très construite et rêveuse, Virgile Novarina nous fait découvrir étape après étape les enjeux de cette œuvre, participer aux questionnements de l’artiste et de l’astronaute, pour finalement aboutir à une séquence silencieuse et magistrale : Thomas Pesquet et « Télescope intérieur » flottent en apesanteur et la caméra, elle aussi en apesanteur, libère également les spectateurs de la gravité. Grâce à la magie du cinéma et au potentiel poétique de l’œuvre, ce film nous transporte vers de nouveaux horizons.

Bande annonce du film : Télescope intérieur, une œuvre spatiale d’Eduardo Kac

(35′, Virgile Novarina, 2017, Observatoire de l’Espace du CNES)
Avec Eduardo Kac, Thomas Pesquet, Gérard Azoulay, Hugues Marchal et Thierry Duquesne. Réalisation Virgile Novarina. Une production de l’Observatoire de l’Espace du CNES, avec le concours de l’ESA et le soutien de la fondation Daniel et Nina Carasso.

Partager:

Soirée d’observation du 29 mars 2019 à Banneville sur Ajon

Un début de printemps bien ensoleillé avec des températures clémentes en journée et fraîches le matin et des nuits étoilées, ce qui n’est hélas pas toujours le cas en Normandie avec trop souvent une météo maussade en cette période de l’année. Alors pour ce dernier week-end de mars, l’espoir était grand de pouvoir observer le ciel étoilé de fin d’hiver et de début de printemps. Le vendredi soir avait été choisi afin de pouvoir reporter la soirée au samedi en cas de météo défavorable. Les prévisions météo étant identiques pour ces deux soirées, la journée du vendredi a donc été maintenue même si de gros nuages bas masquaient partiellement la voûte céleste. Arrivé sur place à l’heure du rendez-vous, une exposition de peinture se tenait dans la chapelle, ce qui a permis à certains d’entre nous d’en profiter.

Si une légère brume faisait son apparition de temps en temps, le ciel était très peu turbulent malgré la présence régulière de gros nuages bas. Les images des objets du ciel profond étaient très bonnes même dans mon Dobson de 400 mm. La belle nébuleuse d’Orion a encore été l’attraction du début des observations, tout comme l’amas M41 sous Sirius. Mais la priorité des observations était les objets du ciel de printemps avec le trio du lion bien visible et facile à repérer dans les pattes arrières du fauve. Les galaxies du Tourbillon M51, de l’œil noir M64 et du sombrero M104 ont été bien scrutées, tout comme l’amas globulaire M3.

Cette liste d’objets observés pour cette soirée n’est pas exhaustive car d’autres objets stellaires ont aussi été pointés par la dizaine d’observateurs présents. Pour les girafons débutants, l’amas ouvert du hibou NGC457 a encore fait son effet et reste un bel objet d’initiation à l’observation du ciel profond. La soirée s’est terminée vers minuit après la traditionnelle collation pour reprendre des forces pour le rangement…

Partager:

Nuit de l’antimatière – 1er avril 2019

Des chercheurs, dont un membre du club de la Girafe, vont animer une soirée grand public en lien avec l’astronomie. Il s’agit de « la nuit de l’antimatière« . Il s’agira d’expliquer ce que c’est que l’antimatière, et de discuter de pourquoi l’Univers est constitué de matière, et pas d’antimatière (en vérité on ne sait pas !). Cela se passera le lundi 1er avril à partir de 18H30, et jusqu’à plus faim…  On a prévu un buffet froid gratuit servi à 20H, mais il faut s’inscrire. Attention nombre de place limité.

L’inscription se fait via ce formulaire.

Cela se passera à l’Université de Caen, Campus 1, amphithéâtre  MRSH (Maison  de la recherche sur les sciences humaines).

L’événement est national: 18 villes en France seront connectées. Une visite virtuelle du centre de production d’antimatière du CERN (le plus grand accélérateur dans le monde) est également prévue.

Partager:

Astronomie au collège

Comme tous les ans, nous avons organisé une matinée au collège Villey-Desmeseret à Caen. Étalée sur deux mercredis, nous avons fait découvrir aux élèves de cinquième notre passion. Il y quatre classes, nous avons donc du nous séparer en deux groupes.

Le premier mercredi la météo ne nous a pas permis d’observer, nous avons donc été en classe pour expliquer le fonctionnement des instruments et pointer des antennes de télévision. Puis un petit quiz nous a permis d’aborder certains fondamentaux de l’astronomie.

Le second, a été plus chanceux sur le point de la météo car nous avons pu montrer en situation nos instruments. Nous avons pu observer le Soleil lorsque ce dernier n’était pas caché par les nuages. Puis, nous sommes montés en classe pour le quiz.

Dans l’ensemble les élèves se sont montrés intéressés et actifs.
En l’absence de leur professeur, seuls quelques éléments ont perturbés leurs camarades, rendant le quiz moins attractif. La situation a été rapidement contrôlée
et la matinée a pu se dérouler sans encombres. Merci au Soleil d’avoir été présentAlain va nous montrer quelque chose… Pascal en pleine explication Alain et Lilian en pleine discussionEt oui, il y avait la queue Lilian a perdu Vénus….Alain explique la théorie de la relativité et c’est pas facile facile……

Partager:

Soirée du vendredi 15 février 2019

La soirée de ce vendredi 15 février 2019, était totalement improvisée et Olivier a bien fait de nous la proposer. Les différents sites météo prévoyaient tous un ciel sans nuages. Certes, la Lune était bien présente. Mais en Normandie, si on attend que toutes les conditions soient optimales, on ne sort que deux fois par an et encore.

Le but secret d’Olivier était de voir la fameuse comète C/2018 Y1 Iwamoto, dont on parle ces jours-ci dans les milieux de l’astronomie.
Et bien, le bougre a réussi l’exploit de nous la montrer dans son télescope. L’objet est petit, peu lumineux, mais nous avons pu observer cette petite ligne bleue/verte .
(Ou alors, nous avons été victimes d’une hallucination collective!).

A la cote 112, nous étions bien une quinzaine avec ou sans instruments, et évidemment d’autres objets ont pu être observés comme M42, incontournable à cette époque. Des amas ouverts, comme le double amas de Persée ou encore le désormais célèbre amas du ‘hibou’.

Nous avons pu aussi observer des objets difficiles à cause de l’éclairage de la Lune, comme les galaxies M81 et M82 et pour les plus téméraires la galaxie d’Andromède.
(toujours aussi belle, heu je voulais dire toujours aussi …….pareille que d’habitude)

La Lune fut aussi scrutée, filtre gris foncé obligatoire, et avec la caméra de Nicolas et mon télescope motorisé.
Nous avons effectué des vidéos de notre astre Séléné. Des images vont suivre…

La soirée s’est terminée vers minuit, nous avons eu très peu de nuages. La luminosité de la Lune était peu propice au ciel profond, mais chacun des participants est parti content d’avoir pris part à cette soirée et c’est bien là l’essentiel.


image prise vendredi soir

Partager: