Nuit des étoiles d’hiver samedi 10 février à Banneville sur Ajon

La « Nuit des étoiles », cet événement astronomique estival bien connu et apprécié du public depuis plus de trente ans maintenant, se décline désormais en version hivernale pour la troisième année consécutive. La GIRAFE propose une soirée d’observations hivernales ouverte au public le samedi 10 février 2024 de 21 H 00 à 23 H 00 à la chapelle Saint-Clair de BANNEVILLE SUR AJON.

Le ciel étoilé de l’hiver est sans aucun doute le plus beau des quatre saisons, avec ses nombreux joyaux du ciel profond bien visibles dans les instruments d’amateurs. Mais ce ciel hivernal se mérite, car il oblige ses admirateurs, mais aussi les simples curieux d’un soir, à braver la froideur de l’hiver. Alors n’hésitez à vous couvrir très très chaudement, de la tête aux pieds et à venir contempler les beautés célestes hivernales, et à y inviter vos proches, amis, collègues, voisins en leur transférant cette invitation…

Accès libre, gratuit et sans réservation. Parking visiteurs à 300 mètres du site d’observation.
Plan d’accès au site

Jour de la Nuit le 14 octobre à Juaye-Mondaye

Sensibiliser le public sur l’excès de lumière la nuit, de ses effets et de ses nuisances, tel est la mission du « Jour de la nuit », une manifestation nationale…

La GIRAFE ira donc observer et montrer les beautés du ciel étoilé la samedi 14 octobre, 21h à la salle des fêtes de Juaye-Mondaye, une commune qui œuvre depuis plusieurs années pour limiter l’éclairage nocturne et ainsi qui agit contre la pollution lumineuse. Selon la météo, observations ou exposition thématique et exposé en intérieur.

Tout public, gratuit et sans réservation.

Samedi 24 juin 2023 : Festival du Soleil – Journée Pierre BOURGE à Tandem

Ce samedi 24 juin après midi était consacré au « festival du soleil – journée Pierre Bourge ». Pour cette première édition, sur la pelouse qui fait face à la MJC TANDEM à Caen, le club avait installé plusieurs instruments dont un télescope de 200 de diamètre type Pierre Bourge, construit par Bernard. Il s’agit d’un tube carré avec trappe pour le miroir, le tout monté sur une fourche motorisée en Ascension Droite: Une magnifique réalisation!

Pour l’observation du soleil, l’objet de ce festival, deux lunettes Lunt et un Coronado, équipées de filtre H-alpha permettaient ainsi de voir les nombreuses protubérances. Ses instruments sont exclusivement dédiés à l’observation du Soleil. Et deux autres instruments, dont une lunette avec un prisme de Herschell et un ETX 105 équipé d’un filtre solaire à l’ouverture en verre pour mettre en évidence les taches solaires – nombreuses elles aussi – car notre soleil en forte activité a été très généreux 🙂 Sans oublier le télescope type Pierre Bourge de Bernard équipé d’un filtre souple type « Astrosolar » à l’ouverture. Même en pleine journée il est possible d’observer d’autres astres que le soleil. Ainsi Pascal a braqué une lunette sur un magnifique croissant de Vénus invisible à l’œil nu mais bien visible dans l’instrument, le pointage a été réalisé à l’aide des coordonnées équatoriales. Et Olivier a pointé son Dobson 250 sur un autre magnifique croissant: la lune.

Au final c’est une quarantaine de curieuses et de curieux qui sont venus tout au long de l’après midi jeter un œil d’instrument en instrument, s’émerveiller, poser des questions et pour nous l’occasion de partager (les joies du ciel encore gratuites) mais aussi de faire de la prévention sur les dangers à observer le soleil sans protection.

Pour en savoir plus sur Pierre Bourge, vous pouvez consulter ce site: http://www.fabricebourge.com/pierrebourge/

Christophe B.

Des aurores boréales en Normandie

Le 23 avril 2023, une alerte « aurore boréale » a retenti sur mon téléphone. Je vérifie la météo : des éclaircies sont prévues. C’est peut-être le bon moment pour voir des aurores en Normandie. Deux mois plus tôt, des aurores ont été vues depuis tout le Nord de la France.
J’avais été prévenue mais je n’y avais pas cru.
Ce soir je tente ma chance, alors direction la côte : Lion sur Mer.
En consultant l’app Aurora, la tache verte sur la carte atteint la latitude de Londres, ce qui est rare.
La couverture nuageuse est dense. Mais peu à peu les nuages laissent place aux étoiles.
J’oriente mon appareil photo vers le Nord-Ouest, puis je regarde ma première image. J’ai initialement pensé que mon capteur était endommagé, car une lumière violette envahissait la photo. Mais j’ai vite compris que c’était une aurore, au-dessus de l’Atlantique probablement, et qu’on en voyait la partie la plus haut, qui est souvent rouge / rose. Il s’agit d’atomes d’oxygène ionisés aux alentours de 300 km d’altitude. Les atomes étant plus rares à cette altitude, il y a peu de collisions entre eux, cela permet à l’atome, excité par une particule ionisée transportée par le vent solaire, d’émettre une raie rouge. Les aurores classiquement vues autour des pôles sont dues à des atomes d’oxygène ionisés à plus faible altitude (environ 100km), qui émettent un photon vert.
D’un coup, ce fut le festival : on voyait clairement à l’œil nu les piliers verticaux, d’une
lueur pâle rosée sur le fond noir du ciel, qui bougeaient lentement. En vérifiant régulièrement dans mon appareil photo, je savais que j’aurais un résultat incroyable !
Cela a duré une bonne demi-heure, puis les aurores se sont éteintes.
Mes photos sont brutes, non retouchées, prises avec mon Nikon D750, objectif 24mm, ouvert à f:2,2, poses de 8 sec, ISO 2000.
J’utilise l’application Aurora pour visualiser les cartes de simulations de l’arc auroral et la couverture nuageuse, et l’app SpaceWeatherLive pour l’activité solaire. Lorsque l’on reçoit une alerte d’éruption solaire, on sait qu’elle arrivera environ 48h plus tard sur Terre, à condition que l’orientation du jet de vent solaire aille dans notre direction.
Puis l’app fournit des informations très précises à 5 minutes près sur l’intensité du vent solaire qui va toucher la Terre. Cette nuit-là, nous savions que l’intensité allait être exceptionnelle.

Vivement la prochaine alerte :))