En couvre-feu : l’éclairage nocturne des villes et villages a-t-il encore un sens ?

Le confinement au printemps 2020 nous a beaucoup appris. Rester chez soi plusieurs semaines a eu des effets psychologiques négatifs évidents. Mais cette contrainte nous a aussi montré à quel point le ralentissement des activités humaines avait un impact positif sur la nature qui nous entoure. La faune et la flore ont connu à cette époque un développement que nous n’imaginions même pas. Amélioration de la qualité de l’air, retour des dauphins le long des côtes, transparence de la lagune à Venise… Les médias ont fait à l’époque une large place aux effets spectaculaires du confinement sur la santé de la planète.

Avec le couvre-feu les communes ont l’opportunité d’éteindre l’éclairage nocturne devenu inutile. Une décision qui irait dans le sens de la protection de la biodiversité. Et qui permettrait également de substantielles économies d’énergie et financières. Certaines villes n’ont pas attendu la pandémie pour prendre de telles initiatives.

De nouvelles initiatives voient le jour sur notre Région, l’astro-club de la girafe ne peut que s’en féliciter et encourager les élus à s’engager sur la durée dans ces démarches.

En France la lutte contre la pollution lumineuse est menée depuis 20 ans par l’ANPCEN. Son site internet fournit une multitudes d’informations à ce sujet. Pour les astronomes comme pour les simples amoureux du ciel nocturne, l’extinction de l’éclairage public serait aussi une aubaine. Imaginez-vous en train d’admirer le ciel nocturne depuis vos fenêtres comme si vous étiez dans un planétarium ! Constellations, étoiles et planètes seraient à portée de main. Chacun pourrait admirer Saturne, Jupiter et Mars actuellement visibles en début de nuit. Ou encore la Voie lactée avant que la lumière de la Lune n’en efface la trace. Comme le disait Guillaume Apollinaire, «Il est grand temps de rallumer les étoiles. »

extrait de l’article du blog  : https://blogs.futura-sciences.com

 

C/2020 F3 (NEOWISE), UNE COMÈTE VISIBLE À L’ŒIL NU

Photo de Jeanne B réalisée le 6 juillet 2020

Cette comète réconforte les astronomes après les déceptions provoquées par les deux dernières comètes, C/2019 Y4 (Atlas) et C/2017 T2 (Panstarrs), qui se seraient fragmentées à l’approche du Soleil. En effet, cette nouvelle comète découverte pour la première fois le 27 Mars 2020 par le télescope spatial NEOWISE, brille fort et elle est visible depuis l’hémisphère Nord. Elle a déjà franchi le périhélie (le point le plus proche du Soleil sur son orbite) donc on peut espérer qu’elle reste intacte et bien brillante. Elle se rapproche de la Terre, et bien qu’elle s’éloigne désormais du Soleil, nous pourrons probablement l’observer durant tout l’été 2020.

Pour l’admirer, il faut regarder en direction du Nord-Est, vers un horizon bien dégagé car elle est assez basse. Vous la verrez sans problème avec des jumelles sous la constellation du Cocher, entre une et deux heures avant le lever du Soleil, donc environ entre 4h et 5h le matin ces jours-ci. Ensuite, à partir de mi-juillet, comme elle se déplace rapidement vers le Nord, elle sera visible en début de nuit, sous la Grande Ourse, et elle continuera à se déplacer chaque nuit vers l’Ouest.

Pour la photographier, une fois que vous l’aurez repérée, fixez votre appareil photo sur un trépied, utilisez un zoom ou un téléobjectif, essayez de cadrer un peu de paysage, c’est plus joli. Quelques secondes de pose suffiront et éviteront de faire filer les étoiles.

Je ne peux que vous inciter à admirer sans attendre cette comète, c’est un évènement à l’œil nu. Aux jumelles, elle est splendide, on distingue très bien son noyau et sa queue.


Cette carte montre la position du noyau de la comète C/2020 F3 (NEOWISE) chaque jour à 0 h TU, soit 2 h du matin heure légale d’été en France métropolitaine. Le blog de Guillaume Cannat.

Pour en savoir plus, consultez l’excellent site de Guillaume Cannat : https://www.lemonde.fr/blog/autourduciel/2020/07/06/une-tres-belle-comete-est-visible-a-laube/

Tutoriel Montage photo en chapelet

Voici quelques conseils avec des images de notre astronome préféré de San Francisco originaire du Bocage Virois.

Nicolas L. est un amoureux de la lune. Il aime faire des photos de paysages urbains avec le lever ou coucher de lune. Lors des périodes proches de la pleine lune ou de la nouvelle lune (petit croissant), il note les angles de levers (ou coucher) de l’astre pour trouver le meilleur endroit pour une belle photo.

Il est spécialiste des montages en chapelet des éclipses et des transits de l’ISS.

Le 7 mai, il a pu depuis son domicile photographier le passage de l’ISS devant la lune.

Retrouvez son Tutoriel chapelet dans la rubrique tutoriel astrophoto.
Pour notre plus grand plaisir, il prépare un prochain tutoriel qui s’intitulera « photographier l’ISS avec un téléobjectif ou un instrument astronomique ».

Galerie astrophotos du confinement

Durant cette période de confinement, la météo a été favorable à l’observation du ciel et à l’astrophotographie . Voici quelques images réalisées par les membres du club. Vous pouvez visualiser le diaporama en grand en cliquant sur la petite fenêtre à gauche de la roue dentée sous l’image.

 

Pourquoi toujours éclairer la nuit ?

L’Astro-Club de la Girafe soutient depuis de nombreuses années les démarches pour réduire les nuisances lumineuses, notamment celles qui sont menées par l’ANPCEN (Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes).

En cette période de confinement, la question de l’intérêt de laisser l’éclairage allumé toute la nuit se pose d’autant plus. À cet effet, l’ANPCEN a initié une démarche de sensibilisation des élus et de la population pour encourager l’extinction ou tout au moins la diminution des périodes d’éclairage. Vous trouverez en téléchargement un modèle de lettre pour sensibiliser vos élus locaux. Version Courrier PDF ou Courrier word

La presse locale a fait paraitre plusieurs articles sur ce sujet :

Si cette cause vous semble pertinente, nous vous invitons également à prendre connaissance des pétitions suivantes :