Compte rendu de la soirée du vendredi 24 mai 2019 à Banneville sur Ajon

Le tout nouveau 400 mm.

Tous les instruments (quasiment) tous prêts pour observer.

Pour cette soirée Laurent a amené son tout nouveau Dobson de 400 mm Explore Scientifique (le même à quelques détails près que celui de Pascal). Ce qui nous amène à un petit bilan pour cette soirée où sept instruments étaient déployés: uniquement des Dobson, dont deux 400 mm, un 300 mm et quatre 250 mm, trois Explorer Scientifiques (deux 400 et un 300 mm), 1,5 instruments artisanaux, trois tables équatoriales (toutes artisanales).

Bien que le beau temps ait tardé à venir ce vendredi, le ciel est resté parfaitement dégagé toute la soirée et, après un passage de l’ISS et une fois la nuit complètement tombée, nous avons pu faire de très belles observations. À part un problème avec le système Intelliscope que Laurent avait adapté sur son 400 mm, ce dernier nous a bien régalé les yeux, de même que celui de Pascal. Évidemment les 250 mm n’étaient pas en reste.

Nous avons admiré de très beaux amas globulaires (c’est la saison !): M3, M5, M13, M10 et M12, … Nous avons également pu observer de nombreuses galaxies: M61, M49, M81/82, M 64 (l’oeil noir), M104 (le Sombrero), NGC 4565 (l’aiguille), NGC 4494, NGC 4559, NGC 4631 (la Baleine) (merci Jeanne pour me l’avoir fait découvrir), … Ainsi que quelques classiques comme M57 et M27.

D’habitude adepte du pointage manuel, je me suis aidé cette fois-ci de mon smartphone Android fixé à mon télescope et de l’application Skeye. Cette application de cartographie, qui est loin d’être la meilleure existante (Stellarium est nettement mieux par exemple), propose par contre un mode d’alignement indirect. Ce mode permet de faire un alignement sur plusieurs étoiles pointées avec le télescope et ensuite d’utiliser le mobile comme aide au pointage. Je voulais voir ce que cela donnait avec un nouveau mobile. Il s’avère que cela a, étonnamment, assez bien fonctionné. J’ai pu par ce biais atteindre toutes mes cibles sans trop de difficultés (quand ce n’était pas dans le champ, ce n’était pas loin) et sans avoir à me reporter à mes cartes. Évidemment ce n’est pas aussi précis et facile qu’un système dédié, et la précision atteinte va également dépendre des capteurs embarqués dans le mobile. Le même test avec mon ancien mobile donnait par exemple un résultat plutôt… mitigé. Et comme cela utilise la boussole intégrée, je ne suis pas certain que cela fonctionne très bien avec un télescope dont le tube serait en métal. En tout cas je retiens l’option. Ça pourrait être pratique pour des cibles compliquées à pointer.

Cette soirée a également été marquée par un évènement assez singulier. En effet, peu avant 1 h, nous avons tous été témoins d’un curieux phénomène : une cinquantaine de points lumineux se suivant à la queue leu-leu sont apparus dans le ciel et pendant quelques minutes nous ont offert un spectacle, il faut bien l’avouer, assez esthétique. Il s’agissait des soixante premiers mini-satellites de télécommunication de la constellation Starlink lancés récemment, en un seul lancement, par SpaceX. Cf. ce lien pour en savoir plus: https://www.webastro.net/forums/topic/141491-r%C3%A9cup-red%C3%A9collage-d%C3%A9tages-spacexfalcondragon/?page=33&tab=comments#comment-2662770
Et cette vidéo, prise depuis les Pays-Bas, pour avoir une idée du phénomène : https://www.youtube.com/watch?v=ytUygPqjXEc
Ce projet prévoit au total 12 000 satellites, ce qui peut faire craindre pour nos nuits étoilées, même s’ils sont censés rejoindre une orbite plus haute, et s’éloigner les uns des autres.

En fin de soirée nous avons même pu observer Jupiter et même Saturne, bien que très basse. À 2 h 30, et après cette soirée bien remplie, il était temps de rentrer se coucher.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *