BIEN DEBUTER EN ASTRONOMIE

La saison estivale est souvent propice à la contemplation du ciel étoilé ainsi qu’au questionnement sur cet univers qui nous entoure :

– Quel est le nom de cette étoile ?
– Où est l’étoile du berger ?
– Où se cache la Grande Ourse ?
– Pourquoi les étoiles scintillent ?
– Comment repérer les planètes ?
– Pourquoi la Lune présente différentes phases ?
– Etc…

De plus l’été, l’astronomie est médiatisée par l’événement incontournable qu’est « La nuit des étoiles », et encore plus cette année 2018 par l’éclipse totale de Lune et l’opposition martienne. Alors certaines personnes vont se décider si ce n’est pas encore fait, à franchir le pas et à s’intéresser à la science des astres que l’on nomme l’astronomie. Mais attention, si participer à une soirée d’observations comme simple observateur est plutôt facile, la pratique de l’astronomie en tant qu’amateur n’est pas si évidente et demande une certaine attention afin d’éviter le découragement et l’abandon de cette discipline pourtant fort intéressante. Il est alors conseillé de se lancer par étape afin de progresser à son rythme et de s’émerveiller à chaque nouvelle découverte.
Lire la suite en cliquant sur : Débuter en astronomie

Partager:

LES JUMELLES « YEUX DE HIBOU »

La petite histoire raconte qu’il y a quelques années, un astronome amateur a découvert, sur un stand d’une foire au grenier, un accessoire photographique: un télé-convertisseur NIKON (ref TC-E2) servant à doubler la focale de certains appareils photo numériques compacts ainsi que de caméscopes.

Intrigué par l’accessoire, il regarde comme à travers une longue vue. Ce qu’il y voit dedans le surprend agréablement. De plus l’image est dans le bon sens et cela lui donne l’idée de l’essayer sur le ciel étoilé. Il en prend possession pour une somme modique et à la nuit tombée, il observe la voûte céleste avec sa nouvelle acquisition et il est très surpris des performances de cet accessoire, qui n’est pas conçu à l’origine pour l’observation. Il décide alors d’en commander un second sur un site de petites annonces et il monte les deux télé-convertisseurs dans une monture en bois tout spécialement fabriquée pour en faire une paire de jumelles. Et là l’instrument fabriqué lui permet de redécouvrir le ciel comme à l’œil nu, mais en beaucoup plus lumineux.

Avec un grossissement de seulement 2 fois et deux objectifs de 52 mm, cette paire de jumelles agit donc comme un amplificateur de lumière. L’image est d’une grande netteté malgré l’absence de réglage, d’un beau piqué et d’un grand champ de vision d’environ 28 à 30°. Ne voulant pas garder sa trouvaille pour lui seul, notre astronome amateur l’a partagé autour de lui et sur les forums d’astronomie.

Lire la suite sur : Jumelles 01

Partager:

Choisir ses oculaires

Après avoir acquis son premier instrument ou son nouvel instrument d’observations astronomiques, et fait les premières observations avec les oculaires d’origine, l’acquisition de nouveaux oculaires donnant un plus large choix de grossissements semble indispensable pour profiter pleinement du potentiel de son télescope.

Alors quels oculaires choisir ? Des oculaires à prix raisonnable mais qui en donnent pour leur argent ? Classique ou grand champ ? Et pour les porteurs de lunettes de correction ? Pour répondre au mieux à ces questions et se faire une idée assez précise des différents oculaires disponibles sur le marché, l’idéal est quand même d’assister aux soirées d’observations de la GIRAFE ou de tout autre astroclub.

Lire la suite en cliquant sur : Oculaires

Partager:

QUEL INSTRUMENT POUR OBSERVER – Bien choisir son télescope

La GIRAFE est un club dédié à la pratique de l’astronomie : visuel et photographie. Peu de théorie et de chiffres astronomiques, juste l’essentiel à savoir pour mieux comprendre ce qui est observé ou photographié… Alors la question « Quel instrument pour observer les beautés célestes ? » revient très régulièrement, que se soit de la part d’astronomes amateurs débutants ou déjà initiés.

Il y a une soixantaine d’années déjà, John DOBSON, célèbre astronome amateur américain et moine bouddhiste, avait fait le constat suivant : l’observation des objets du système solaire concerne à peine dix objets dont seulement cinq ont un intérêt dans les instruments d’amateurs, alors que les objets du ciel profond sont beaucoup plus nombreux et tout aussi accessibles aux amateurs. En effet ces objets stellaires réclament plus de luminosité que de qualité optique. A cette même époque les instruments d’entrée de gamme valaient une véritable fortune pour de piètres performances. C’est ainsi que cet amateur désargenté a eu l’idée géniale de concevoir un télescope qui ne portait pas encore son nom.

Plus qu’un télescope, c’est un concept de télescope qu’il a imaginé : La plus grande ouverture (diamètre) pour le plus petit prix. Une formule optique à miroir de type Newton, la plus économique de toutes les formules optiques à fabriquer, et qui peut l’être par l’amateur lui-même. Une monture azimutale réduite à deux axes seulement. Le tube optique et la monture construits en bois, matériau bon marché ou de récupération facile à travailler avec de simples outils. Les premiers télescopes de type « Dobson » ont été fabriqués au début des années 60, arrivés en France vingt ans plus tard, il aura fallut attendre les années 2000 pour qu’il s’impose auprès des astronomes amateurs français.

La suite en cliquant sur le lien :  Choisir son Dobson

Partager:

Télescope 114/900 sur monture EQ1 : Le piège à éviter.

L’instrument à fuir

A l’Astroclub de la GIRAFE, nous sommes souvent sollicité par des astronomes amateurs débutants pour les aider à régler et à utiliser leur premier instrument d’observation. Mission que nous prenons volontiers en charge auprès de nos adhérents, mais aussi auprès d’autres personnes non affiliées à notre association. Nous ne comptons pas notre temps de bénévolat pour leur permettre de faire leurs premières observations instrumentales. Malheureusement trop souvent, le télescope acquis, un Newton 114/900 sur monture équatoriale EQ1, est inutilisable ou presque sur le ciel étoilé, même par des amateurs expérimentés. Nous ne connaissons que trop bien cet instrument, même parfaitement réglé et équilibré : Il vibre et bouge en permanence à cause de la monture EQ1 qui est largement sous dimensionnée par rapport au tube optique. Ajoutons à cela qu’une monture équatoriale sur un instrument d’initiation comme celui-ci n’a aucun intérêt et rend bien plus complexe l’usage du télescope pour un débutant.

De ce fait, nous ne pouvons pas donner de suite favorable aux demandes de ces amateurs, car ce télescope ne leur donnera jamais satisfaction. Et cela ne nous fait vraiment pas plaisir de leur annoncer qu’ils ont fait une très mauvaise acquisition. Malheureusement, le retour d’expérience montre qu’ils abandonnent rapidement l’astronomie, déçu de leur achat pourtant réalisé auprès d’un revendeur réputé en matériels astronomiques. Alors nous leur conseillons au choix de bricoler une monture azimutale en bois type Dobson pour leur tube optique, pour les non-bricoleurs d’investir dans l’excellente monture AZ4 ce qui alourdi considérablement le prix de l’instrument, ou bien de revendre leur télescope et d’acquérir un télescope réellement utilisable comme un Dobson de table type 100/400, 114/500 ou 130/650 et de récupérer ou de bricoler un trépied.

A l’avenir nous souhaiterions ne plus avoir ce type de demande pour ce télescope et surtout qu’il ne soit plus commercialisé par des revendeurs de matériels astro réputés. Dorénavant, nous conseillerons aux futurs malheureux propriétaires de 114/900 EQ1 de recontacter le revendeur qui leur a vendu ce télescope inexploitable pour un remboursement ou pour un échange contre un instrument utilisable sur la voûte céleste.

A la GIRAFE, nous avons remplacé la monture EQ2 par une monture azimutale en bois type Dobson avec un court trépied pour supporter notre tube 114/900 pour le plus grand bonheur de nos adhérents débutants qui peuvent l’emprunter pour leurs premières observations astronomiques. Les petits Dobson de table sont d’excellents télescopes d’initiation à prix très abordable. Ils sont même utilisables par des enfants, donc aussi adaptés aux adultes. Il serait donc judicieux qu’un trépied réglable en hauteur, surmonté d’une tablette en bois pour supporter ses petits télescopes soit commercialisé en accessoire.  A la GIRAFE nous plébiscitons l’excellente monture AZ4 que de nombreux adhérents ont acquis. Régulièrement lors de nos soirées d’observations, nous mettons à dispositions des observateurs présents un tube 114/500 parabolique sur monture AZ4, pointeur point rouge, oculaires type SUPER et un mini atlas du ciel, cet instrument est alors très apprécié des débutants mais aussi des initiés qui voient un bon instrument pour des simples observations ou comme instrument de voyage. De plus grâce à sa simplicité de fabrication et à volume de production identique, le coût de revient donc de vente de l’AZ4 ne doit pas être beaucoup plus élevé que la monture EQ1. Il serait donc judicieux que les revendeurs astro proposent comme instrument d’initiation un 114/900 sur AZ4 même si le prix de vente de l’ensemble est légèrement plus élevé. Ce télescope est vraiment utilisable et pourrait donner l’envie à de nouveaux venus à l’astronomie de progresser et même de renouveler ultérieurement leur matériel pour de plus belles observations avec du matériel plus puisant…

La pratique de l’astronomie amateur évolue, le matériel d’observation doit aussi évoluer avec du matériel d’initiation vraiment utilisable, qui donne l’envie d’observer le plus souvent possible. Les télescopes Newton 114/900 AZ4, 114/500 AZ4, 130/650 AZ4 et 130/900 AZ4 ou encore lunettes 102/500 AZ4 et 120/600 AZ4 pourraient devenir des références auprès des débutants et pleinement les satisfaire. Contactés à ce sujet, c’est maintenant aux revendeurs de matériels d’astronomie d’entendre cette requête pour ne proposer que du matériel d’initiation qui soit utilisable par les débutants…

En photo : Un télescope Newton 114/900 sur monture azimutale AZ4 avec pointeur point rouge. Non commercialisé, ce télescope est pourtant un très bon instrument d’initiation à la découverte des beautés du ciel étoilé.

Partager: