Samedi 6 août 2022 : Nuit des étoiles à Banneville sur Ajon

Le mois d’août est sûrement un moment idéal pour faire découvrir le ciel étoilé au grand public et ainsi l’initier à l’astronomie et à sa pratique. La Nuit des étoiles a pour but de permettre aux astronomes amateurs de partager leur passion du ciel étoilé avec les curieux d’un soir.
L’Astro-Club de la Girafe sera heureux de vous accueillir à la chapelle Saint Claire de Banneville sur Ajon le samedi 6 août.

Tout public, gratuit et sans réservation.

CR balade cadrans solaires autour de Caen – 11/06/2022

« 5 motos, 2 scooters et 3 voitures; nous voilà tous réunis à Saint-Contest pour le départ de cette balade découverte des cadrans solaires autour de Caen. Comme la région caennaise recèle beaucoup de cadrans avec une grande étendue, leur découverte a été répartie sur deux balades, et celle de ce samedi est la première et concerne principalement ceux situés au Nord de la région. Le temps est idéal pour la moto: ensoleillé mais pas trop chaud, parfaites conditions aussi pour que Tituan et Loïs fassent leurs premiers tours de roue sur la place passager de la moto de Pascal.

Le premier cadran couvre toute la face sud du clocher de l’église de Saint-Contest. Les lignes et inscriptions sont effacées et il est difficile à lire mais il n’en demeure pas moins imposant. Premier réflexe: on vérifie tous qu’il indique bien la bonne heure: 12h au soleil, 14h à notre montre.

On prend la direction de Villons les Buisson où un autre beau cadran nous attend. On a l’impression qu’il a été re-dessiné pas dessus un ancien cadran. Pascal en profite pour faire un petit rappel sur l’équation du temps, un peu de Newton et de Kepler. Il nous explique aussi que l’inclinaison du style est fonction de la latitude et nous montre la direction de l’étoile polaire.

À Mathieu, ce sont 2 cadrans qui nous attendent: le premier est déroutant car il a 2 styles!? Le premier style indique bien l’heure solaire mais alors a quoi peu bien servir le second style; spéculations vont bon train. J’ai regardé sur le site de Michel Lalos, mais il n’y a pas plus d’explication. Le mystère reste entier. Le second cadran rue du Puits est plus classique déclinant Sud-Ouest.

Nous reprenons nos motos, scooters et voitures direction Plumetot : le cadran se trouve dans un médaillon, plutôt original avec une devise en latin qui attire notre attention. Finalement on se met d’accord c’est écrit « A Salis Ortu » qui signifie « Du lever du Soleil» (merci Google).

On repart vers Périers-sur-le-Dan, petites ruelles où les locaux sont méfiants; mais qui sont ces bikers !? le cadran se trouve sur la façade d’un ancien tabac.

À Saint Aubin d’Arquenay, petite déception me concernant: le cadran semble avoir été déplacé. Il est juste sous la gouttière du toit, à l’ombre. On ne s’attarde pas trop et on remonte sur nos 2 roues direction le château de Bénouville.

Là Gérard fait jouer ses relations et on nous ouvre les portes du château. Merci Gégé. Le parc du château est magnifique. Un cadran « double face » : une face déclinant de l’après-midi et une autre déclinant du matin avec la devise « ultima Latet », qui signifie « La dernière est cachée ». On profite du parc pour une pause bien méritée : boissons et gâteaux. Nicolas sort une lunette solaire pour une observation du soleil, des protubérances sont bien visibles sur le pourtour.

J’en profite pour vous donner 2 liens : https://sdo.gsfc.nasa.gov/ et https://www.spaceweatherlive.com/fr.html si voulez suivre l’activité solaire en temps réel et connaître les pics d’activité de notre astre.

Enfin la balade prend fin avec 3 derniers cadrans : un à Hérouvillette, sur l’église, lui aussi double face, un autre à Escoville sur la façade d’un bâtisse. il n’est pas déclinant, bizarre. Serions nous orientés plein sud? On a tous vérifié avec une boussole! Eh bien oui bingo plein sud! Et enfin Cagny avec un magnifique cadran sur l’église et une équation du temps. Retour au parking pour se dire au revoir. Des badauds curieux et la Harley de Gégé qui a la cote.

Merci Pascal pour avoir organisé cette balade. J’ai hâte de découvrir le second volet .

Christophe BUZZACARO

Lien de téléchargement des photos de Gérard : https://we.tl/t-2cBNeYjiop

Les photos de Nicolas sont accessibles ici: https://photos.app.goo.gl/oZXycS7gFStftzHJ8

Grosses éruptions sur UV Ceti

Position de l’étoile UV Ceti ?

L’étoile UV Ceti est située dans la constellation de la Baleine. Dans nos régions elle est visible en octobre à une vingtaine de degrés seulement au-dessus de l’horizon.

UV Ceti

Position de l’étoile UV Ceti, sous la constellation de la Baleine (Ceti, CETUS). @Stellarium

Sa position précise est : AD = 01h 39m 01s, DEC=−17° 57′ 01″. En fait, non ! Pas précisément. Sa distance est de 8,79 années-lumière, l’étoile UV Ceti est la 12e étoile la plus proche du Soleil. A cette distance, son mouvement propre est facilement perceptible. Elle se déplace de 3,182 secondes d’arc par an. Si vous prenez une photo avec un télescope, vous pourrez la voir bouger pratiquement d’une année sur l’autre.

UV Ceti Move

Position de l’étoile UV Ceti en 1978 et en 1996. On remarque un léger déplacement de l’étoile par rapport au fond d’étoiles. @AAVSO

UC Cite

Position de l’étoile UV Céti sur une carte du ciel. @ AAVSO.

Elle ressemble à quoi cette étoile ?

C’est une étoile discrète que l’on peut voir dans un télescope de 200 mm ou plus, qui a une magnitude précise de +12,7. En fait, non ! Pas précisément. L’étoile UV Ceti est une étoile de type étoile variable à éruptions (flare star). Il se produit sur cette étoile l’analogue de nos éruptions solaires, sauf que ces éruptions stellaires peuvent être plus lumineuses que l’étoile elle-même. Parfois, elle a d’énormes éruptions que l’on peut voir depuis la Terre. Le 25 septembre 1952 par exemple, la luminosité de cette étoile a augmenté de 5 magnitudes en 20 secondes. Ça vaut donc la peine de regarder l’étoile de temps en temps, même plusieurs fois durant la même nuit, on ne sait jamais. Pour UV Ceti, en moyenne il se produit une irruption par heure, pas toujours très violente. L’observation de ces éruptions n’a montré aucune périodicité, elles arrivent de façon sporadique. La montée en luminosité est très rapide, de quelques secondes à quelques dizaines de secondes. La descente est plus longue, de quelques minutes à 30 minutes, et jusqu’à quelques heures pour certains cas. Pour les astrophotographes, je conseillerais de la photographier avec un temps de pose court, pourquoi pas essayer de faire un time-lapse ? Personne n’en a jamais fait à ma connaissance. La couleur de l’étoile devrait changer, elle devrait changer du rouge vers le blanc pendant l’éruption. C’est quand même chouette d’observer une éruption « solaire » sur une étoile lointaine ! Non ?

L’étoile UV Ceti est une belle étoile rouge. @SIMBAD

Pourquoi l’étoile est rouge ?

L’étoile UV Ceti est en vérité un système double d’étoiles, appelé Luyten 726-8 A (elle a bien d’autres noms selon les catalogues d’étoiles, BL Ceti, G 272-061, etc.) et Luyten 726-8 B (ou UV Ceti ou Gliese 65), de magnitude 12,7 et 13,2. Ces étoiles sont séparée par 5 fois la distance Terre-Soleil, et orbitent l’une autour de l’autre en 26,5 ans. Ce sont deux étoiles naines rouges. Elles ont chacune approximativement 1,4 fois la taille de Jupiter, soit un dixième de la taille du soleil, et un dixième de la masse du soleil. Elles sont rouges parce qu’elles sont relativement froides, autour de 3000 degrés. Les étoiles naines rouges sont tellement faiblement lumineuses, approximativement un dix millième de la luminosité du Soleil pour Luyten 726-8 A et B, qu’on ne peut les observer que lorsqu’elles sont relativement proches de nous, typiquement à moins de 50 années-lumière. Sur toutes les étoiles observées proches du Soleil, un bon tiers sont des étoiles du type UV Ceti. Ce sont donc des étoiles très abondantes. Les étoiles naines rouges représentent 85% des étoiles de notre Galaxie, et aucune n’est visible à l’œil nu !

Taille relative de l’étoile UV Céti, visible à gauche, comparée à celle de Jupiter visible à droite. @ NASA, Public domain, via Wikimedia Commons.

 

Eruption Solaire

Une des éruptions solaires les plus puissantes que l’on ait vu sur notre Soleil s’est produite le 4 novembre 2003, elle a été classée X45. Les éruptions solaires sont classées selon leur force avec un numéro croissant et une lettre, allant de B pour les plus faibles à X pour les plus intenses.

Éruption solaire X45 de novembre 2003. @ NASA Goddard Space Flight Center

Eruption stellaire

Dans cette échelle de magnitude, les éruptions stellaires peuvent être beaucoup plus intenses, et atteindre même le niveau X100 000 ! Une telle intensité s’explique par la grande vitesse de rotation des étoiles sur elles-mêmes. En effet, on observe qu’il y a 20 fois plus d’éruptions sur des étoiles tournant rapidement que sur des étoiles tournant lentement. De plus, beaucoup de ces étoiles sont des étoiles jeunes, quelques dizaines de millions d’années, ce qui explique leur grande vitesse de rotation. On pense que toutes les étoiles naines rouges connaissent dans leur évolution une phase avec des éruptions. En vérité, on ne comprend pas bien l’origine de ces éruptions.

On a observé que la majorité de ces étoiles naines rouges possédaient des planètes. On peut soupçonner que c’est un biais observationnel, simplement parce qu’on peut détecter plus facilement les planètes du fait de la faible masse et de la faible luminosité de ces étoiles. Et puisque les éruptions solaires sont à l’origine de l’éjection de radiations, et donc des aurores polaires sur Terre, imaginez un peu la beauté des aurores polaires sur ces planètes extrasolaires ! Mortelles !

 

Quelques références :

ROQUES, Paul E. Observations of Flares of the dMe Star, L726-8. Publications of the Astronomical Society of the Pacific, 1953, vol. 65, no 382, p. 19-23.

http://adsabs.harvard.edu/full/1953PASP…65…19R

Mirzoian, L. V. (1984). Flare stars. Vistas in Astronomy27(1), 77-109.

À la découverte de l’Univers. Introduction à l’astronomie et de l’astrophysique

Neil Comins. Traducteur : Richard Taillet, Loïc Villain

https://www.deboecksuperieur.com/ouvrage/9782807302945-la-decouverte-de-l-univers

https://fr.wikipedia.org/wiki/Luyten_726-8

http://simbad.u-strasbg.fr/simbad/sim-id?Ident=UV+Ceti

https://www.aavso.org/vsots_uvcet

https://www.aavso.org/animations-six-uv-ceti-stars

https://www.aavso.org/vsx/index.php?view=detail.top&oid=9105

https://www.google.com/sky/#latitude=-17.938388127793367&longitude=204.72702805075224&zoom=11&Spitzer=0.00&ChandraXO=0.00&Galex=0.00&IRAS=0.00&WMAP=0.00&Cassini=0.00&slide=1&mI=-1&oI=-1

https://stellarium-web.org/

https://www.aavso.org/LCGv2/index.htm?DateFormat=Julian&RequestedBands=&view=api.delim&ident=UV+Cet&fromjd=2432000&tojd=2459434.010556&delimiter=@@@

https://app.aavso.org/vsp/chart/?star=UV+Cet&scale=E&orientation=visual&type=chart&fov=30.0&maglimit=16.5&resolution=150&north=up&east=left&P=on&Z=on

https://www.futura-sciences.com/sciences/definitions/astronomie-naine-rouge-31/

http://www.solstation.com/stars/luy726-8.htm

https://en.wikipedia.org/wiki/Luyten_726-8

https://www.youtube.com/watch?v=hL9OHXw_-A8&ab_channel=NASAGoddard

 

Eclipse de Lune dans la nuit du 15 au 16 mai

Eclipse de lune dans la nuit de dimanche à lundi à observer à l’oeil nu, aux jumelles ou avec un petit telescope : un magnifique spectacle si il n’y a pas de nuage… avis aux amateurs, il faudra se lever tôt.

En France métropolitaine, c’est en début de la matinée le 16 mai qu’elle sera visible, avec une entrée dans la pénombre vers 3 h 30, dans l’ombre vers 4 h 30 et en totalité à 5 h 30. Elle se couchera alors que l’éclipse sera encore totale, mais cela n’empêchera pas d’observer de superbes couleurs sur la surface de notre satellite !

En savoir plus :

IMCCE

futura sciences 

Réaliser un cadran solaire

Un peu d’histoire

Le cadran solaire aurait été inventé il y a 4 à 5000 ans en Égypte ou en Mésopotamie, mais on en retrouve aussi en Chine et chez les Incas. Les premiers instruments étaient constitués d’un simple gnomon, un bâton planté verticalement dans le sol et entouré de simples repères. Grâce au déplacement apparent du soleil dans le ciel au cours de la journée, l’ombre du bâton se déplace de repère en repère, marquant ainsi le temps qui passe. Mais hélas, le temps que met l’ombre à passer d’un repère à l’autre varie en fonction des saisons, rendant cette première version peu fiable. Rapidement une solution simple fut trouvée, il suffisait d’incliner le gnomon vers l’axe polaire de la Terre, matérialisé aujourd’hui par l’étoile polaire pour notre hémisphère terrestre. Ainsi le cadran solaire pouvait mesurer le temps qui passe et donner avec précision l’heure tout au long de l’année.

Le cadran solaire est constitué de deux éléments : Le gnomon appelé aussi style, qui est l’aiguille et le cadran qui reçoit les repères et les indications. Mais attention, chaque cadran solaire donne l’heure solaire, l’heure vraie du lieu où il est implanté, et non l’heure légale de la montre qui nécessite une correction, voir ci-après.

À savoir sur les cadrans solaires

Cadran solaire situé 3 rue Fleurie à Lantheuil

Il existe plusieurs types de cadrans solaires, mais le mural est le plus répandu, car il est le plus facile à réaliser. Ainsi à chaque mur son cadran solaire spécifique, telle devrait être la règle. Mais pour les non bricoleurs qui souhaitent en avoir un, il est tout à fait possible de l’acquérir et de le fixer sur un mur orienté vers le Sud. Bien entendu l’objet sera plus décoratif, car à moins que le mur qui le supporte soit réellement au sud, l’heure qu’il indiquera sera plus ou moins approximative, voire même farfelue. Il faut bien savoir qu’un cadran solaire indique l’heure solaire réelle du lieu, contrairement à nos montres ou pendules qui indiquent l’heure légale ou solaire moyenne. Un cadran solaire même bien réglé ne donnera jamais l’heure légale été/hiver ou l’heure solaire moyenne. Impossible d’avancer ou de reculer l’aiguille du cadran appelé « Gnomon » ou « Style » pour avoir la même heure que sa montre. Pour voir le vrai midi à sa porte, le cadran solaire doit être calculé par rapport à la « déclinaison » de son mur, c’est-à-dire son orientation par rapport au sud, et le gnomon (aiguille) doit être orienté d’une façon bien particulière. Continuer la lecture